D’habitude, tous les constructeurs se donnent rendez-vous à la Porte de Versailles pour le Mondial de l’Automobile, qui se tient tous les 2 ans. Avec près de 1,5 million de visiteurs lors de la dernière édition, c’était tout simplement le Salon le plus visité, dépassant ainsi celui de Francfort, Genève et même celui de Détroit. Paris nous a toujours vendu du rêve lors de sa quinzaine, mais cette année, il y a eu une ombre au tableau, vu que des constructeurs ont boycotté le Salon. En effet, Ford, Volvo, Mazda, Aston Martin, Bentley, Lamborghini et Bugatti n’étaient pas présents lors de cette dernière édition, mais chacun pour des raisons différentes.

Cette décision a eu des répercussions dès l’ouverture des portes sur la presse et les VIP chez lesquels nous avons clairement senti moins d’engouement que lors des précédentes éditions. Mais heureusement que les marques présentes avaient une jolie brochette de nouveautés à nous présenter et que Ferrari était de la partie, pour nous offrir du rêve. Honneur aux marques françaises, avec tout d’abord la sensation créée par Renault et son TreZor. Tout comme le DeZir, il y a 6 ans, ce nouveau concept-car marque le début d’un nouveau cycle design.

Que ce soit par son design ou ses technologies, le TreZor préfigure les futurs modèles de la marque. Il se distingue par des lignes extrêmement épurées et une face avant des plus originales, avec une calandre d’une finesse déconcertante et intégrant la signature lumineuse. Mais le principal attrait de la française reste sans conteste son énorme pare-brise panoramique et son pavillon, qui ne forment qu’un pour offrir au conducteur une sensation de s’introduire dans une soucoupe volante, puisque s’ouvrant vers le haut. Autre concept frenchie, qui devrait préfigurer l’arrivée d’un futur modèle en Europe c’est le Citroën CXperience. Il s’agit d’une future grande berline, qui pourrait même reprendre l’appellation C6. Avec une longueur de 4,85 m, elle présente un long porte-à-faux avant, alors que l’arrière se veut plutôt court. Ce concept hybride compte sur une puissance totale cumulée de 300 ch, qui lui assure entre autre une autonomie de 60 km en tout électrique.

Toujours du côté tricolore, cette fois-ci Actu évènement Motors avec Peugeot et ses 2 nouveautés, à commencer par la deuxième génération du 3008. Le SUV, qui ne manque pas de rappeler le style du concept Quartz, a laissé de côté ses rondeurs au profit de lignes plus anguleuses et une silhouette bien plus définie. Avec des dimensions revues à la hausse, les conducteurs auront droit à un habitacle aussi spacieux qu’accueillant et surtout moderne, puisqu’il a droit à l’i-Cockpit et donc à une instrumentation numérique placée en hauteur. En attendant l’arrivée d’une version hybride rechargeable essence, il fait appel à des motorisations bien connues du public. Sur le stand de la marque au lion, le grand frère du 3008 était également de la partie.

En effet, le 5008 a profité du Mondial pour faire sa première apparition publique. Le grand SUV à 7 places a été présenté dans ses deux versions les mieux dotées, pour le moment, à savoir l’Allure et la GT. Attendu pour le printemps, le 5008 séduit autant par sa ligne extérieure que par son intérieur qui ne jure que par le high-tech et le tactile. Bien qu’elle soit coréenne d’origine, la Hyundai i30 a été conçue, développée et testée en Europe et n’a donc rien à envier à ses rivales du vieux continent. La 3e génération se veut plus consensuelle, avec des lignes équilibrées, sans prendre de risques inutiles. Après tout, dans le segment des compactes, la sobriété semble toujours payer. Sobriété également de mise dans l’habitacle, avec une planche de bord épurée.

Du côté des motorisations, un nouveau bloc 1.4 T-GDI de 140 ch a fait son apparition. Pour annoncer l’arrivée d’une sportive très musclée, justement basée sur l’i30, Hyundai accueillait sur son stand, le concept RN30, qui fait un clin d’oeil à la voiture de WRC. Avec deux mètres de large et un rabaissement de plus de 8 centimètres, des portières en élytre, des baquets et une planche de bord fonctionnelle, sa vocation sportive ne fait nul doute. Tout cela sera bien évidemment adapté pour donner naissance à un modèle de route, inaugurant ainsi la gamme de la division sportive de la marque «N».

Chez les allemands, on retiendra la présentation de la nouvelle Porsche Panamera Turbo. Si nous avons eu l’occasion de découvrir il y a quelques mois les lignes de la familiale allemande, sa version Turbo a droit à des éléments un peu plus sportifs, qui mettent davantage en valeur ses lignes fluides. Bien évidemment, un aileron se déployant automatiquement ne pouvait manquer à la fête. Dotée d’un V8 4,0 l biturbo qui développe 550 ch et 770 Nm de couple, elle fait bien évidemment appel à la seule et unique PDK. Chez BMW, la principale attraction du stand était tout naturellement le X2, présenté en forme de concept. Après le X6 et le X4, la marque à l’hélice est sur tous les fronts.

Pour le Mondial, c’est une maquette à l’échelle 1/1 qui a été présentée aux visiteurs pour les faire réagir quant aux choix originaux faits par les designers du SUV-coupé. Ils ont notamment opté pour des surfaces réduites au minimum, des roues d’un diamètre de 21’’, un rappel du logo BMW sur le côté ou encore une calandre inspirée du concept 2002 Turbo Hommage. Il n’est pas sûr que l’on retrouve tout cela sur la version définitive l’année prochaine, mais en tout cas, ça promet ! Toujours dans le volet des SUV, mais à un tout autre niveau, Land Rover a révélé la toute nouvelle génération du Discovery.

Adoptant les codes stylistiques de la marque, il a réussi à trouver sa place dans la gamme et surtout à se distinguer. Né du besoin de combler un vide entre le Defender et le Range Rover à l’époque, il a évolué dans le temps et a surtout su se frayer un chemin dans un segment très concurrentiel. Toujours aussi baroudeur avec des qualités de franchissement se rapprochant de celles du Defender et un confort et une esthétique largement inspirés du grand maître Range Rover, il présente réellement le meilleur des deux mondes. Laissant le meilleur pour la fin, c’est bien évidemment du côté des italiens et plus précisément sur le stand de Ferrari que les visiteurs auront des étoiles plein les yeux. La vedette incontestée était LaFerrari Aperta, à laquelle nous avions consacré un article dans notre précédent numéro. Dans une robe noire, avec de subtils détails en rouge, le cabriolet italien a fait sensation, sans avoir eu besoin de faire appel à la voix rauque de son V12. Certes, les nouveautés et concepts que nous avons découverts dans les allées du Salon parisien valaient le détour, mais avec une absence flagrante de marques prestigieuses, le Mondial de Paris risque de perdre son titre de Salon le plus visité au monde. Après tout, le public recherche des instants de rêve, qu’il sera difficile de lui offrir en l’absence de grands noms de ce secteur.

[su_youtube url= »https://www.youtube.com/watch?v=onObqL7njTU »]
Article précédentEssai Renault Clio RS – Muse de l’Histoire
Prochain articleAston Martin Vanquish Volante