5.9 C
New York
jeudi, décembre 1, 2022

Jowyn Wong

Le nostalgique

Designer atypique, Jowyn Wong peut de prime abord en déconcerter plus d’un. Sapé selon les derniers codes de la mode actuelle, il est plutôt nostalgique, s’agissant de ses sources d’inspiration et préfère plutôt regarder dans le rétroviseur. De son imagination sont nées certaines des supercars les plus exotiques du monde, telles que la De Tomaso P72 ou encore l’Apollo Intensa Emozione. Ses sources d’inspiration, il les puise dans le passé et ne se fait pas prier pour aller emprunter des effets de style, comme la structure avec moteur central, le toit en forme de bulle, le nez rabaissé et pointu ou encore l’arrière qui monte, pour concevoir ses œuvres. Ces lignes rappellent fortement les voitures de course des années 60. Mais Wong sait également vivre avec son temps, en évoquant les possibilités issues de la réalité virtuelle et des outils digitaux pour les designers.

Dans cet entretien exclusif accordé à Gentlemen Drivers, le designer relate son parcours, les défis qu’il a relevés, son amour pour les sportives anciennes et sa vision d’avenir de l’automobile.

Pourquoi avez-vous décidé de devenir designer automobile ?

Comme la plupart des gens, c’est mon enfance qui m’a incité à entreprendre une carrière de designer automobile. Ma famille avait toujours des voitures de sport très cool, mon père et mes oncles avaient toute une gamme de véhicules, comme une 944 Turbo S2, une Mazda RX7, des E36 M3, etc. J’étais entouré de voitures cool et elles m’ont toujours fasciné, je me surprenais à les dessiner tout le temps. Je ne prêtais pas beaucoup d’attention à l’école, je dessinais juste des voitures sur les dernières pages de mes livres d’école. Je me souviens que lorsque j’étais plus jeune, je dessinais tout le temps des voitures sur des serviettes en mangeant au restaurant. C’est un réflexe tellement naturel pour moi que je n’ai jamais vraiment décidé de devenir designer, j’ai juste toujours fait ça.

Vous avez démarré votre carrière chez Mclaren et rapidement, vous avez décidé de les quitter pour travailler ailleurs. Pourquoi ?

J’ai étudié à l’université de Huddersfield, au Royaume-Uni, où j’ai obtenu un diplôme en conception de transport. J’ai travaillé un an chez McLaren, et cette période m’a semblé être un rêve devenu réalité, mais peu de temps après, on m’a contacté pour savoir si j’étais intéressé par la conception de la remplaçante de ce qui était officiellement connu sous le nom de Gumpert Apollo. À l’époque, la Gumpert Apollo avait été construite pour faire une seule chose : conquérir les circuits de course. Elle détenait le record du tour du Nürburgring, mais elle était scrutée pour son apparence. J’ai rejoint Apollo peu de temps après avoir quitté McLaren, pour concevoir les modèles suivants, l’Apollo Arrow et l’Apollo I.E.

Avez-vous une inspiration ou un style que vous aimez particulièrement ? Une marque ou une voiture du passé que vous appréciez plus que les autres ?

Je ne m’attache pas à un style particulier, à une marque ou à un moyen d’inspiration, cela dépend vraiment du projet que l’on me confie, de ce que je ressens sur le moment et du niveau de conscience que j’ai dans ma vie, même si j’aime beaucoup les marques italiennes, pour des raisons évidentes. On peut s’inspirer de nombreux supports, comme l’architecture ou la beauté de la nature elle-même. Si je devais choisir, j’aurais tendance à m’inspirer de la nature, qui offre un large éventail de principes de géométrie, de beauté et de conception, pouvant être explorés et appliqués à la conception esthétique et fonctionnelle des voitures.

Vos créations Apollo ont posé un jalon, avec des voitures aussi exclusives que l’Intensa Emozione. Pourquoi est-elle si différente de la plupart des supercars ?

Avec l’Apollo IE, j’ai décidé de saisir l’occasion et d’établir une présence de la marque différente de tout ce qui était sur la route à l’époque. Mon instinct me poussait à être aussi courageux et audacieux que possible, pour atteindre le type de création que je visais pour la marque. Une marque aussi jeune qu’Apollo avait besoin d’une identité forte, dans un espace déjà encombré. Je crois que depuis l’introduction de l’Apollo IE dans le monde, les marques les plus conservatrices sont devenues plus audacieuses. Nous avons alors vu davantage d’hyper-cars avec de grands ailerons, de grandes ailes et une architecture intensément sculptée et exploitée sur le plan aérodynamique commencer à émerger et à saturer le marché de ce segment.

Cependant, le design de DeTomaso avec la P72 est totalement opposé, avec un style classique. Pensez-vous que lorsque les premières unités seront livrées, elle deviendra une référence pour l’industrie ? Vous êtes-vous inspiré du design d’une voiture classique ?

Avec De Tomaso, c’est l’occasion de réfléchir et de s’inspirer du passé, de raconter une histoire intrinsèque, qui a été oubliée avec cette marque. À partir de là, j’avais un angle de travail. Il est clair que les designs automobiles du passé, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, ont été oubliés depuis longtemps dans l’ère moderne, où nous sommes tellement concentrés sur le dernier et le meilleur. La P72 était un amalgame de l’époque des prototypes de course du Mans des années 60, une descendante de la P70. L’intérieur a été à nouveau inspiré par le design des années 60. Pour moi, c’était une période de détails extraordinaires, de design et de savoir-faire. Compte tenu de mon expérience dans le domaine de l’entrepreneuriat, des finances et des affaires, j’ai rapidement réalisé le potentiel de réaction du marché à un tel produit, grâce à un design très évocateur et à l’héritage de la marque. Je suppose que la P72 aurait pu influencer une réorientation du design automobile. Nous voyons maintenant de nombreuses marques qui adoptent le récit ”inspiré par les années 60”. C’était l’incarnation du thème De Tomaso, avec la P72, lorsque nous avons commencé le projet en 2018.

En termes de design, que pouvez-vous faire avec une supercar à faible volume comme celle-ci, que vous ne pourriez pas faire avec une marque grand public ?

J’ai la possibilité de m’engager auprès de la clientèle et de la servir. Le fait d’avoir un apport initial de votre base de clients vous met sur la voie de la création d’un design ciblé pour le consommateur. Un si grand nombre de nos produits dépend du design. Je dois adopter une approche stratégique pour m’assurer que le résultat aura suffisamment d’impact pour contribuer à la survie, à la durabilité et à la croissance de la marque. D’autres marques grand public sont en constante évolution. Elles sont toujours en train de faire mûrir l’ADN de leur marque. Elles ont beaucoup d’héritage. Mais c’est différent chez De Tomaso, où vous n’avez pas à vous conformer à un énorme héritage, qui vous dicte une certaine direction. À l’heure actuelle, De Tomaso est un petit fabricant d’automobiles, avec une histoire extraordinaire et de grandes ambitions. Nous avons la souplesse nécessaire pour prendre des décisions très rapidement et j’ai l’occasion de concevoir l’ensemble de la voiture, contrairement à l’environnement typique des équipementiers, où vous avez une armée de concepteurs et des divisions entières pour des choses comme les roues, les phares, une équipe distincte pour l’intérieur, et des couches successives de gestion, etc. Une équipe réduite, qui se concentre entièrement sur un seul projet à la fois, permet d’avoir un lien plus profond avec le projet, tout au long du processus de développement.

Comment commence un projet comme l’Apollo ou le De Tomaso ? Est-ce un croquis sur une serviette de table ?

Cela commence vraiment par une idée. Le croquis suit peu après. En général, je dessine sur mon téléphone ou mon iPad. On peut dire que c’est la version moderne du “croquis sur une serviette de table”. Nous faisons ensuite mûrir l’idée, pour voir dans quelle mesure nous pouvons l’exploiter en nous adressant à un groupe de clients sélectionnés, avant de commander le programme de conception et de développement. En général, je crée environ 15 à 20 variations et thèmes. Il est incroyablement difficile de se mesurer aux grands noms du secteur des supercars, mais on peut affirmer sans risque de se tromper qu’Apollo et De Tomaso ont bouleversé le secteur, avec la I.E et la P72, respectivement.

Dans ce monde qui se dirige vers la voiture électrique, l’engouement pour les voitures de sport semble s’estomper. Est-ce une grande opportunité d’innover avec des designs et de produire de grandes sensations pour les conducteurs ?

Il y a une force imparable, avec tout le mouvement «Electric Vehicle». Beaucoup d’entreprises sont obligées d’adopter le changement de réglementation et de répondre aux exigences de l’empreinte carbone. Je ne crois pas qu’il faille pénaliser le marché de la super voiture et de l’hyper voiture, car il repose essentiellement sur des produits de l’art automobile, qui sont très émotionnels. Dans l’ensemble, c’est un mauvais jugement et une gestion très superficielle des gens d’en haut, qui appliquent ces règles. Heureusement, nous voyons des entreprises qui se battent contre ce discours, quand il s’agit d’émissions et ce n’est pas aussi noir et blanc que ce que les médias ont tendance à imprimer dans l’esprit des masses. Cela dit, je crois en de grandes opportunités d’innovation, pour offrir de plus grandes sensations, grâce à la technologie. Les humains sont toujours en quête et en expansion. Cela fait partie de notre instinct collectif que de progresser. Je crois qu’il est évident que les mêmes innovations dans l’industrie automobile qui sont le produit de réglementations lourdes, doivent maintenant s’appliquer à d’autres industries, telles que la révision de réglementations obsolètes et le renforcement des infrastructures. En ce moment, l’automobile et ses concepteurs et ingénieurs semblent faire le plus d’efforts.

Nous voyons beaucoup de ces voitures électriques et de ces concepts revenir à des styles classiques, rappelant des voitures comme la BMW E30, l’Audi Quattro S1, l’Opel Manta ou l’ancienne Alfa Romeo. Pensez-vous qu’il va y avoir un changement de tendance dans l’industrie automobile ?

C’est cyclique, il s’agit de remastériser des modèles emblématiques et magnifiques, mais avec les dernières technologies avancées. Je crois que c’est une question de génération. La plupart des gens qui grandissent en aimant l’automobile ne peuvent pas s’offrir la voiture de leur poster quand ils étaient enfants, donc quand ils grandissent, (comme moi par exemple !) les offres modernes n’ont pas tendance à résonner avec leur cœur d’enfant. De ce point de vue, il est très appréciable de pouvoir acheter des voitures qui ont une forte charge émotionnelle, liée à leur esthétique passée, mais qui sont en même temps plus sûres, plus faciles à utiliser et plus fiables. L’industrie automobile évolue trop rapidement par rapport aux perspectives de la collectivité. C’est pourquoi des véhicules tels que la Fiat 500, la Mini et tous ces nouveaux projets de restauration ont un grand impact. Ils sont célébrés et sont hautement désirables, de la petite Fiat 500 emblématique à la dernière et meilleure Porsche restaurée.

En ce qui concerne l’avenir des voitures, des supercars et de la technologie, qu’est-ce qui vous passionne le plus ? Où voyez-vous un grand potentiel ?

J’aime les voitures et j’aime la technologie. Cette combinaison est pratiquement une religion pour moi. La technologie est le moteur du design. Je passe désormais une grande partie de mon temps à concevoir en réalité virtuelle et à développer mes compétences. Je suis très enthousiaste à l’idée que les véhicules puissent évoluer pour devenir aériens : on peut imaginer quelque chose entre un avion de chasse et un drone. Je pense que quelque part, un nouveau marché émergera. C’est un domaine où je vois un grand potentiel et où nous pouvons relancer une nouvelle génération de créativité et de produits géniaux. Nous pouvons établir des règles nouvelles et modernes dans les cieux, en offrant une expérience totalement nouvelle et étonnante. De nos jours, dans le secteur automobile, nous sommes de plus en plus confinés, en grande partie à cause d’un énorme héritage de normes réglementaires. Adhérer à certaines de ces règles très primitives est très difficile et contraignant. Je vois également un grand potentiel dans le domaine de la réalité virtuelle. Nous arrivons actuellement à un stade où ces expériences immersives deviennent progressivement plus difficiles à différencier de la réalité. À mesure que cet espace et cette technologie se développent, avec des outils comme l’IA et la 5G, il est possible de tirer parti de ces outils, pour concevoir ce que l’on veut dans cet espace virtuel.

Avez-vous des projets en cours de réalisation ? Pouvez-vous nous donner un avant-goût de quelque chose ?

Comme toujours, il y a beaucoup de projets merveilleux et excitants dans le pipeline ! Malheureusement, je ne peux pas donner d’avant-première, désolé !

Quelles sont vos 5 voitures préférées de tous les temps ?

C’est une question très difficile ! Et dans aucun ordre particulier : Shelby Daytona Coupé, Lancia Stratos Zero concept, Porsche 917k, Belly Tank Lakester et Ferrari 250 Testa Rossa.

Related Stories