Ecclestone - Gentlemen Drivers

Cela peut sembler irréel. Le patron de la Formule 1, le seul et l’unique Sir Bernie Ecclestone vient d’être remercié par Liberty Media. Dirigée par le milliardaire américain John Malone il y a quelques mois, elle a déboursé près de 8 millions de dollars pour cette opération et avait annoncé à ce moment-là vouloir garder Ecclestone à son poste au moins pour 3 ans.

Mais il semblerait qu’ils aient changé d’avis.

En effet, la semaine dernière au moment de finaliser l’accord, un vote des actionnaires de Liberty et de la FIA a eu lieu mais la vitesse avec laquelle le changement a été fait a surpris le monde de la F1.

Cette rapidité serait, notamment, due à la tenue imminente du Grand Prix d’Australie qui inaugure la saison le 26 mars prochain.

Avant l’annonce officielle, c’est celui qui a tenu les rênes de la F1 pendant 4 décennies qui a déclaré à un magazine allemand avoir été démis de ses fonctions et qu’un titre de président honoraire lui avait été offert sans savoir ce que cela voulait réellement signifier.

Mais il a tout de même déclaré : «Je suis fier du business que j’ai mis en place au fil de ces quarante dernières années, et de ce que j’ai accompli en F1. J’aimerais remercier tous les promoteurs, équipes, sponsors, médias avec lesquels j’ai travaillé. Je suis ravi que la F1 ait été acquise par Liberty et que le groupe ait l’intention d’investir massivement pour le futur de la discipline.»

Agé aujourd’hui de 86 ans, Ecclestone n’a jamais vraiment fait l’unanimité créant par moments des tensions entre les différents intervenants à cause d’une gestion et des visions qui n’étaient pas toujours partagés de tous.

Liberty Media dans sa vision de faire croître ce sport et lui apporter des changements fondamentaux comme cela a été annoncé, a nommé Chase Carey PDG de Formula One Group qui sera épaulé par l’ingénieur britannique Ross Brawn qui était, notamment, au sein de l’écurie Ferrari.

Toujours dans cette perspective de changement, les opérations commerciales ont été confiées à Sean Bratches qui travaillait pour la chaîne de télévision sportive américaine ESPN.

Article précédentSupercars les plus chères de 2017
Prochain articleUn SUV Lotus serait en préparation