Ferrari dévoile enfin tous les détails de sa dernière-née, qui n’est autre que le premier hybride plug-in de production de la marque au «cheval cabré», la Ferrari SF90 Stradale. Et Contrairement à LaFerrari, la F90 ne sera pas une édition limitée, mais un modèle de série, ouvrant une nouvelle ère pour les sportives de Maranello.

Conçu par Flavio Manzoni, créateur entre autres de LaFerrari, la F 90 se caractérise par des porte-à-faux courts, notamment à l’arrière et un centre de gravité exceptionnellement bas. De forme arrondie et fluide, son capot se précipite dans une ouverture en forme de U, contribuant à l’aérodynamisme et est encadré par deux phares matriciels à LED en forme de C très nets.
À l’arrière, il y a deux sorties d’échappement remarquablement hautes situées au centre, au-dessus du diffuseur arrière. La vitre qui recouvre le moteur thermique ne relie pas le toit à l’arrière comme dans les berlinettes précédentes, mais est située de façon discontinue et quelque peu en retrait. L’ensemble est complété par quatre feux arrière avec des lignes carrées qui s’étendent sur les côtés et se distinguent par des anneaux lumineux, contribuant à accentuer visuellement la réduction de la hauteur de l’arrière.

La même philosophie de conception est de mise dans l’habitacle, dans lequel on retrouve une instrumentation numérique, matérialisée par un écran de 16 pouces, dominé par un gigantesque compte-tours au centre, et sur les côtés le niveau de la batterie, le navigateur ou le système audio, le tout dans un design 3D. Quoique minimaliste à l’intérieur, la Ferrari SF90 Stradale, ne manque pas de technologies, telles que l’affichage tête haute, tandis que la console centrale enveloppée d’alcantara, intègre une grille de transmission, évoquant les anciennes Ferrari à boîte manuelle.
Les chiffres de la Ferrari SF90 Stradale parlent d’eux-mêmes : 1.000 ch, un rapport de puissance de 1,57 kg/ch, une vitesse de pointe de 340 km/h et une accélération de 0 à 100 km/h en 2,5 secondes, alors qu’il faut seulement 6,7 secondes pour atteindre 200 km/h. La SF90 Stradale se montre plus rapide que la LaFerrari à Fiorano, avec un chrono de 1’19″….Ouf !!! Pour atteindre ces performances stratosphériques, la sportive italienne fait appel au V8 turbocompressé de 3,9 litres qui équipe des modèles comme la 488 Pista et la F8 Tribute, mais qui a été retouché pour atteindre 780 ch. Situé en position centrale arrière, il fournit 800 Nm de couple disponible, à partir de 6.000 tr/min.

Mais la grande nouveauté est que ce V8, le plus puissant jamais conçu par Ferrari, est associé à trois autres propulseurs électriques d’une puissance totale de 220 ch : l’un, (MGUK), est associé à l’essieu arrière et issu de la technologie racing et les deux autres à l’avant. Ainsi, la Ferrari SF90 Stradale est une traction intégrale et gère la puissance des quatre moteurs au moyen d’une boîte séquentielle à double embrayage, à huit rapports. La nouvelle supercar hybride rechargeable de Ferrari propose quatre modes de conduite : eDrive (mode électrique, avec jusqu’à 35 kilomètres d’autonomie), Hybrid (combine le moteur à combustion avec les moteurs électriques et les gère automatiquement, en donnant priorité au rendement), Performance (mode hybride, mais offrant une performance supérieure) et Qualify (les moteurs électriques fonctionnent à leur puissance maximum en combinaison avec le bloc thermique).

Conçu dans une architecture entièrement nouvelle, le châssis est en fibre de carbone et en aluminium et comporte plusieurs éléments en alliage d’aluminium léger. Tout cela permet de limiter le poids, qui selon le constructeur, est de 1.570 kg.De plus, le F90 Stradale bénéficie d’une technologie aérodynamique active avancée, qui se présente sous la forme d’un becquet arrière en fibre de carbone actif divisé en trois sections, qui peut générer jusqu’à 390 kilos de charge aérodynamique à 250 km/h. À l’avant, des éléments aérodynamiques optimisent la circulation de l’air, comme une lèvre avant généreuse ou deux diffuseurs situés de chaque côté à l’avant des roues.

De plus et pour la première fois, Ferrari accompagne la version standard de la SF90 Stradale d’une version plus orientée circuit, qui prend le nom d’Assetto Fiorano. Par rapport à la version conventionnelle, elle se caractérise par un poids encore plus faible, grâce à l’incorporation d’un plus grand nombre d’éléments en fibre de carbone (portes ou partie inférieure) et d’un système d’échappement en titane, qui contribue à économiser 30 kilos.

Article précédent24 heurs du Mans: Toyota confirme sa suprématie
Prochain articleBMW 745 e : TGV écolo