Le Renault Kadjar se situe à mi-chemin entre le petit Captur et le grand Koleos. Lancé pour la première fois en 2015, la marque au losange en a déjà vendu 450.000 exemplaires dans le monde. Sa mise à jour en matière de style, de finition et de moteurs devrait lui permettre maintenir le cap face à la concurrence. Invité à en prendre le volant lors d’un test drive sur le trajet reliant Casablanca à Oualidia, Gentlemen Drivers vous dit tout sur ce nouvel opus.

Bien calé dans un confortable siège, je profite du paysage bucolique ornant le bord de mer sur la route vers El Jadida. Les aspérités du macadam un peu défoncé ne parviennent pas à troubler ma quiétude grâce au confort des suspensions, tandis que la boîte automatique douce et réactive permet de profiter pleinement du moteur dont les vocalises sont à peine audibles. Telle est la vocation du Kadjar, qui sait prendre soin de ses occupants tout en privilégiant une conduite coulée. Le nouvel opus renforce davantage ces qualités au grand bonheur de ses fans.

Esthétiquement d’abord, le nouveau modèle se repoudre légèrement le nez, avec une calandre avant plus large, des feux de route à LED et des phares antibrouillard qui intègrent également des LED et deviennent rectangulaires, accentuant son look « baroudeur ». De nouveaux feux arrière, pare-chocs et trois nouvelles teintes, « Vert Oural », « Bleu Iron » et « Gris Highland » sont également au menu. Enfin, de très belles jantes de 18 et 19 pouces selon les finitions viennent sublimer encore plus une ligne déjà très inspirée.

Les dimensions du Kadjar ne changent pas. On n’en avait pas besoin, tant le SUV au losange se montre très habitable. L’accès à bord est des plus aisés et les places arrière permettent de loger trois adultes confortablement. Côté espace de chargement, le coffre du nouveau Kadjar dispose d’une contenance de 472 dm3 (527 litres). Très pratique, la banquette arrière 2/3-1/3 se rabat en un tournemain grâce aux poignées « Easy Break » situées de part et d’autre de la soute.

Mais ce qui saute le plus aux yeux, ce sont les modifications enregistrées au niveau de la console centrale avec notamment le recours à un plus grand écran tactile couleur 7’’ et surtout des commandes rotatives de climatisation plus intuitives. Quant aux matériaux à l’intérieur, ils restent en grande partie inchangés, avec un mélange heureux de plastiques durs et doux au toucher. Les sièges en tissu matelassé « effet 3D », se révèlent, pour leur part, accueillants et confortables.
Pour les geeks, le nouvel opus se montre plus technophile et permet une meilleure connectivité grâce au Apple Carplay et autres Android Auto. Ainsi, il est possible d’afficher le contenu de son smartphone ou tablette sur l’écran tactile. A l’arrière, de prises USB sont également de la partie.
Autre point fort, la fonctionnalité matérialisée par de nombreux espaces de rangement avec comme point d’orgue les des bacs de porte plus grands pouvant contenir une bouteille de 1,5 litre de boisson. A l’arrière, le confort thermique des occupants a été optimisé grâce à l’intégration de nouveaux aérateurs au dos de la console.

Alors que le précédent modèle n’était pas pingre côté équipement, le nouveau se révèle encore plus généreux et offre dès la finition de base « Life » plus que l’essentiel notamment, des jantes en alliage de 17 pouces, des vitres teintées, des phares automatiques, le détecteur de pluie, des capteurs de stationnement arrière, le régulateur et limiteur de vitesse, la climatisation ainsi qu’un écran tactile 7 pouces. Pour les plus exigeants, les finitions « Explore » et « Intens » sont encore plus riches. Cette dernière offre une dotation digne de la catégorie supérieure. Au menu, des jantes 19 pouces, toit panoramique, Park Assist, détecteur de l’angle mort, accès mains libres….

Au chapitre mécanique, deux motorisations déjà éprouvées sont au catalogue. Le 1.5 dci de 110 ch pouvant être accouplé au choix à une boîte mécanique à six rapports ou une automatique EDC à 6 rapports et double embrayage. Ce bloc se montre volontaire tout en étant sobre avec une consommation ne dépassant pas les 5l/100. Pour ceux qui cherchent plus de punch, ils doivent se tourner vers le 1.6 dci de 130 ch. Avec son couple de 320 Nm, ce moteur a été conçu sans compromis à la fois sur le rapport rendement/plaisir, et sur le ratio sensations/consommation.

Reste enfin à préciser que le Kadjar Phase 2 est proposé à partir de 244.900 DH pour la finition « Life » et plafonne à 319.900 DH.

Article précédentNouveau Porsche Macan : Plus jouissif
Prochain articleMaserati dévoile sa gamme améliorée au Salon de Shanghai