La nouvelle BMW Série 8 renoue avec le modèle emblématique produit par la marque à l’hélice de 1990 à 1999. Contrairement à son prédécesseur, le nouvel opus a donné naissance à une version décapotable pour s’attaquer à la variante à toit rétractable de Mercedes -Benz Class, la Classe S Coupé. Pour découvrir ce qu’elle a dans le ventre, nous en avons fait l’essai à Faro au Portugal.

Dès le départ, il est assez évident que la Série 8 décapotable ressemble plus ou moins à la version Coupé, avec toutefois un toit souple rétractable électriquement fabriqué à partir de tissu ajouté au remplacement du toit. Une fois de plus, le style s’inspire directement du concept-car qui a fait ses débuts en 2017 au Concorso d’Eleganza de la Villa d’Este.
Lorsqu’on la regarde de face, la première chose à retenir de la Série 8 est sa position basse et large. La face avant est ornée de la dernière conception de la calandre BMW, qui est étirée et entourée d’une bordure métallique brillante. La calandre est également équipée de volets d’air actifs qui aident à refroidir le moteur lorsqu’il tourne à plein régime ou à lisser le flux d’air sur l’avant de la voiture lorsque l’on souhaite obtenir plus de vitesse. Sur notre version 850i, nous avions droit en sus aux feux laser avec faisceau sélectif étendu à 600 mètres et un pack design M. celui-ci comprend une rallonge de spoiler avant, des jantes en alliage léger M de 20 pouces et des pneus haute performance, un système de freinage spécifique M Sport, des bandes de garniture intérieures en acier inoxydable et des seuils de porte éclairés avec badge M. A l’arrière, les minces feux arrière entièrement à LED s’étendent et s’ancrent profondément dans les flancs et s’allument en forme de « L » distinctif. Des sorties d’échappement doubles et trapézoïdales sont placées de chaque côté de la partie inférieure arrière.

Mais ce qui distingue vraiment le cabriolet du coupé est le plaisir de conduite en plein air pour quatre personnes qu’offre la capote souple classique au fonctionnement entièrement électrique et extrêmement silencieux. Le toit s’ouvre et se ferme en 15 secondes en appuyant simplement sur un bouton et en roulant jusqu’à 50 km / h.

A l’intérieur, le luxe atteint des sommets tout en préservant l’ergonomie et la sportivité dans la pure tradition BMW. Ainsi, la M850i xDrive Convertible est équipée de série de sièges multifonctions et de garnitures en cuir mérinos aux fonctionnalités étendues. Le cockpit orienté vers le conducteur et la disposition clairement structurée des commandes accentuent le sens de l’expérience de conduite dynamique. Bien entendu, la finition est au diapason du standing de la voiture se traduisant par des matériaux de haute qualité, et des surpiqûres couvrant le tableau de bord et les contre-portes.
A noter que notre cabriolet du jour disposait de l’affichage tête haute BMW et du BMW Live Cockpit Professional de dernière génération avec système de navigation, combiné d’instruments entièrement numérique et écran de contrôle 10,25 pouces de série. Le nouveau système d’exploitation BMW 7.0 permet un accès extrêmement rapide aux paramètres et fonctions, aux affichages personnalisables et aux fonctions multimédia via l’écran tactile, le contrôleur iDrive, les boutons du volant et la commande vocale.
Et à l’instar du coupé, la variante décapsulée dispose d’une myriade de systèmes d’assistance à la conduite. On y trouve le Co-Pilot, qui prend le contrôle de la direction, de l’accélérateur et du freinage dans les situations de circulation intense, plus un avertissement de collision et de piéton. L’assistant de conduite professionnel ajoute le régulateur de vitesse actif avec arrêt et démarrage, l’assistant de direction et de contrôle de trajectoire, l’assistant de maintien de trajectoire, la protection active contre les collisions latérales, l’avertissement de changement de voie et la détection active de l’angle mort. L’avertisseur de circulation croisée est également inclus, qui surveille les virages à l’aveuglette pour les voitures venant en sens inverse, sans oublier le Parking Assistant Plus avec vue Surround, vue de dessus, vue panoramique et vue 3D à distance.
Sur la route, nous avons ressenti beaucoup de plaisir de conduite au volant de ce superbe cabriolet. Un plaisir comme seule la marque munichoise sait en donner. L’enchantement vient d’abord du superbe moteur qui anime la 850 i. Il s’agit en l’occurrence d’une nouvelle version du V8 TwinPower Turbo de 4,4 litres qui développe 523 chevaux et peut passer de 0 à 100 mi/h en 3,8 secondes. Ce dernier est accouplé à une boîte automatique à huit rapports avec palettes au volant qui transmet la puissance au système de traction intégrale xDrive. Donc, inutile de préciser que chaque pression sur la pédale d’accélérateur transforme ce bloc en véritable catapulte. Des performances phénoménales qui provoquent d’autant plus le grand frisson que la sonorité du moteur qui change de registre à l’approche de la zone rouge enchante.
Autre point fort de ce cabriolet est sa tenue de route efficace. En effet, sur des portions serpentées dans la région de Faro, nous avons été surpris par le comportement incisif de la voiture, son agilité qui fait oublier son poids assez conséquent. Le mérite en revient à la suspension à double triangle à l’avant et à cinq bras à l’arrière et également aux amortisseurs adaptatifs de série, tout comme les roues arrière directrices. Enfin, la 850 i est également équipée d’un différentiel M Sport (avec blocage de différentiel à commande électronique) monté de série sur l’essieu arrière.

Article précédentEssai Bentayga Mulliner : Le luxe dans tous ses états
Prochain articleEssai BMW 750i : Voyage en classe affaires