0,00 MAD
No products in the cart.
spot_img

Andreas Kurbos

DÉCOUVREZ L’HISTOIRE CAPTIVANTE EN PDF

A Porsche et Mercedes-Benz lover 

Voilà un designer qui dès sa tendre enfance a développé des liens très forts avec l’automobile et plus particulièrement un amour pour Mercedes-Benz et Porsche. Andreas Kurbos avoue que son penchant pour le design automobile s’est développé grâce à ces deux marques. Après avoir fourbi ses armes chez Smart et MBtech, filiale de Daimler AG, il se consacre à Porsche en collaborant avec Wiesmann et RUF. Une collaboration de plus de 15 ans qui lui a beaucoup apporté en termes d’expertise. Mais son goût pour l’aventure a fini par prendre le dessus le libérant de toute contrainte pour donner libre cours à ses propres choix stylistiques. C’est ainsi qu’il fond Studiokurbos en 2013. 

Dans cet entretien accordé au Magazine Gentlemen Drivers Magazine, Andreas Kurbos revient sur sa riche carrière de designer, son amour particulier pour Porsche et sa vision de l’avenir du design automobile. 

Quand avez-vous songé pour la première fois à devenir designer automobile ?

J’ai un lien personnel très fort avec les voitures, en particulier avec Mercedes et Porsche. Je suis né à Stuttgart, mais j’ai grandi en France. Mon père était footballeur professionnel, ce qui signifie que j’ai beaucoup bougé et que j’ai eu l’occasion d’explorer de nombreuses villes différentes. Enfant, c’était un défi pour moi : J’ai fréquenté deux jardins d’enfants différents, cinq écoles primaires et deux écoles secondaires. Mes parents m’ont inculqué l’amour de Mercedes et de Porsche, et j’ai développé une fascination presque éternelle pour ces marques.

Si j’ai développé un penchant pour le design automobile, c’est grâce à ma passion pour ces deux marques, leurs véhicules et leur esthétique. À la fin des années 1990, alors que la recherche d’informations nécessitait un réel effort, ma curiosité et ma détermination m’ont permis de découvrir tout ce que je devais savoir. J’ai la chance de vivre à Stuttgart, où se trouvent les légendaires studios de design de Mercedes-Benz et de Porsche. Ces marques dominent la région et je suis ravi de travailler dans ce secteur.

Quelle était votre première voiture ? 

Ma première voiture était une smart city coupé de 2000, connue plus tard sous le nom de fortwo, avec un extérieur noir et un intérieur bleu que j’adorais.

Quel fut le point de départ de votre carrière ?

À la fin des années 1990, j’ai suivi un apprentissage en design textile, qui a continué à m’inspirer tout au long de ma carrière. Et oui, je sais comment installer un métier à tisser ! J’ai ensuite décroché un stage de longue durée chez smart, dans le département design, où j’ai travaillé sur des projets de design d’extérieur et d’intérieur. C’était le signal de départ !

J’ai commencé mon stage chez smart en août 2000 et j’y ai passé de très bons moments. C’était un environnement qui ressemblait à une startup des temps modernes, malgré son appartenance à une grande entreprise. Smart a continué à produire des employés et des designers exceptionnels, et j’ai eu le privilège d’apprendre de Hartmut Sinkwitz, qui dirigeait le design de Smart à l’époque et qui est aujourd’hui vice-président du design d’intérieur chez Mercedes-Benz. Emiel Burki a également été un mentor important à cette époque et travaille aujourd’hui chez Porsche (concepteur de la Taycan) après avoir travaillé chez Mercedes-Benz. Plusieurs de mes collègues de l’époque ont réussi à occuper des postes de direction dans de grandes entreprises.

Pourquoi avez-vous choisi l’Italie pour vos études de design ?

Bien que je vive à proximité de la célèbre école de design de Pforzheim, elle ne m’a pas suscité mon intérêt. J’ai préféré poursuivre mes études à Turin, où la famille Spada (Ercole et Paolo) m’a accueillie pendant une courte période, alors que je me sentais encore un peu désorienté à Turin.

Cette expérience a été essentielle pour développer une vision multiculturelle, apprendre une nouvelle langue et m’immerger dans la scène italienne du design. J’ai également eu l’occasion d’élargir mon réseau. Dans l’ensemble, mon séjour à Turin m’a ouvert de nouvelles portes et m’a permis d’acquérir une perspective unique sur le design que je n’aurais pas eue autrement.

J’ai eu l’occasion de travailler sur mon mémoire de licence sous la direction de Frank Stevensen. Grâce à lui, j’ai également eu la chance de rencontrer et d’apprendre auprès d’experts de cabinets de design renommés tels que Pininfarina, Bertone et Italdesign. Une autre influence importante pendant mes études a été celle de mon professeur Lowie Vermeersch, qui a depuis établi avec succès son propre studio de design à Turin, après avoir dirigé le département de design de Pininfarina. Rétrospectivement, c’était une période extraordinaire qui a grandement contribué à façonner ma passion pour le design et mon parcours professionnel.

Je suis ensuite retourné chez Smart à Böblingen, où j’ai travaillé jusqu’en 2005. La marque n’ayant pas réussi à atteindre le seuil de rentabilité, le service de conception et de développement a fermé ses portes au cours de l’été 2005. Cet échec m’a donné l’occasion de refaire mes preuves.

Votre passage chez MBtech vous a-t-il donné l’opportunité de faire une incursion dans l’univers de Daimler AG ? 

J’ai décidé de rejoindre MBtech, qui était à l’époque une filiale de Daimler AG. Ce furent mes premières expériences en tant que prestataire de services et surtout en tant que manager. Pendant 5 ans, j’ai dirigé une équipe d’une vingtaine de designers, ce qui m’a permis d’acquérir une expérience inestimable dans la planification de projets, la rédaction de propositions, la conquête de clients et, surtout, le recrutement et le développement de collaborateurs. En outre, j’ai pu participer aux cours de formation au management de Daimler, ce qui a été une excellente opportunité pour moi. J’avais alors une vingtaine d’années. Cette expérience me sert encore aujourd’hui.

Selon vous, comment le rôle du designer a-t-il évolué avec le temps ?

La conception d’une voiture ne se résume pas à la création de jolis croquis – en fait, ce n’est qu’une infime partie. Le véritable défi consiste à comprendre le client de demain et ses besoins. Le volant d’un véhicule est un parfait exemple de la façon dont le progrès technique a modifié le rôle des concepteurs. Autrefois, un volant n’était qu’un objet rond servant à diriger le véhicule. Au fil du temps, de nombreuses autres fonctions ont été ajoutées : le klaxon, l’airbag, les interrupteurs et les boutons, pour n’en citer que quelques-unes.

Bien entendu, le volant doit également être ergonomique et durable, tout en jouant le rôle d’ambassadeur de la marque. C’est l’objet principal par lequel le conducteur interagit avec le véhicule.

Comme vous pouvez le constater, la conception est bien plus qu’une simple réalisation de jolis croquis. L’esquisse n’est que la première étape que les concepteurs franchissent une fois qu’ils ont bien compris les besoins techniques et ceux du client. Le véritable défi consiste à intégrer de manière transparente tous ces facteurs dans leurs conceptions, afin de créer un ensemble complet et irrésistiblement attrayant. Cet objectif est atteint grâce aux efforts de collaboration des architectes d’intérieur, des concepteurs CMF, des concepteurs CAS et du chef de projet.

Quels sont vos principaux projets avec Porsche et Wiesmann ?

Notre objectif dans le processus de conception du Wiesmann Project Thunderball était de collaborer avec Wiesmann pour créer une symbiose fascinante entre un roadster classique et une voiture de sport moderne. À l’instar d’un sculpteur, nous avons créé ensemble une proportion emblématique qui allie l’aspect musclé d’un athlète à l’élégance sportive. Les proportions d’un roadster classique rencontrent le caractère d’une voiture de sport moderne. En collaboration avec Wiesmann et notre équipe de designers, nous avons relevé le défi de concevoir un véhicule électrique tout en conservant le caractère traditionnel de Wiesmann. Ce fut un privilège de travailler avec Roheen et l’équipe de Wiesmann pour donner vie à une vision et à une orientation claires de ce que la nouvelle Wiesmann devrait représenter.

En fait, nous n’avons pas travaillé sur un seul “projet principal” avec Porsche, mais nous avons plutôt collaboré à la mise en œuvre d’un langage stylistique cohérent sur plusieurs véhicules. J’ai le plaisir de travailler avec Porsche depuis plus de 15 ans maintenant, et c’est toujours un honneur pour nous – et surtout pour moi – de contribuer à l’avenir des voitures de sport. Nous nous sommes fortement impliqués dans le soutien apporté à nos collègues de Porsche, en particulier dans les domaines de l’interface utilisateur, de la couleur et de la conception des matériaux. Il y a actuellement beaucoup de projets en cours avec Porsche dont je ne peux pas vraiment parler.

Parlez-nous de l’expérience de développement de la “RUF Bergmeister” en hommage à la légendaire Porsche 909 Bergspyder.

La voiture de sport “RUF Bergmeister” est un hommage à la légendaire Porsche 909 “Bergspyder” de 1968. Avec l’ancien designer de Porsche, Tony Hatter, nous avons travaillé en étroite collaboration au développement du design et transporté une icône dans le présent : individuelle, adaptée à une utilisation quotidienne et sportive sans compromis. Dans le style du “Bergspyder”, la partie inférieure de l’arrière reste complètement ouverte, révélant le monoturbo et le système d’échappement.  Sous la carrosserie se trouve une Porsche 993 Cabrio transformée en speedster. La vue arrière crée une silhouette inhabituelle et dynamique. L’arrière ouvert et détaillé contraste avec la vue latérale réduite. Une seule ligne guide l’œil directement vers la vue arrière extravertie et lui laisse la vedette. Le design avant est dominé par les grandes prises d’air, qui attirent le centre de gravité visuel vers la route et soulignent ainsi le caractère typique d’une voiture de sport. 

Nous avons appliqué un processus de conception entièrement numérique pour le projet de nouvelle voiture de sport de RUF Automobile GmbH. Le modèle a été développé étape par étape en 3D, puis discuté et affiné en parallèle avec le client lors de présentations et d’ateliers en RV. Nous avons pu simuler de manière réaliste non seulement le véhicule, mais aussi l’environnement, offrant ainsi une expérience virtuelle complète. Grâce à la technologie VR, le client peut découvrir le véhicule en trois dimensions avec l’équipe de conception, décider des changements et les mettre en œuvre plus rapidement. 

Travailler sur ce projet aux côtés de Tony Hatter et d’Alois Ruf a été très excitant et inspirant. Malgré mes nombreuses années d’expérience, je ne pouvais m’empêcher de me sentir comme un petit garçon à qui l’on donnait la chance de jouer. Tony est un designer très compétent qui a travaillé chez Porsche pendant de nombreuses années et a même conçu la 993. Quant à Alois Ruf, également connu sous le nom de M. Yellowbird, il possède un palmarès impressionnant de projets réussis et d’esprit d’entreprise, que j’admire beaucoup.

Qu’est-ce qui vous motive ?

Il n’y a rien de mieux que de voir notre équipe grandir, s’épanouir et réaliser de grands projets et, bien sûr, le succès et la croissance de Studiokurbos. Cela inclut l’élargissement de notre clientèle et de notre portée dans l’industrie. Mais sérieusement, ma motivation vient principalement de mon désir d’inspirer nos clients. Ce faisant, nous sommes heureux de prodiguer des conseils, ce qui est motivant. Nous ne nous contentons pas d’exécuter, nous avons une vision commune.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Ce sont mes voyages qui me donnent le plus d’inspiration et, surtout, de détente mentale. Le changement constant de perspective entre les clients, les marques, les cultures et les personnes m’inspire. L’Allemagne, l’Europe, l’Asie, la Chine, l’Inde, le Moyen-Orient, la Turquie et d’autres pays sont les cultures et les pays qui m’intéressent et m’inspirent le plus. Si vous vivez dans une pièce blanche en permanence, vous ne saurez pas comment fonctionne le blanc. Ce n’est qu’en entrant dans une pièce de couleur différente que l’on peut reconnaître l’effet de la couleur.

Quelle est votre vision de l’avenir ?

Les designers ont la responsabilité de créer un avenir meilleur. J’accepte tous les défis qui découlent de l’adoption d’une approche holistique qui s’étend à toutes les disciplines du design. Il s’agit de repenser l’avenir, avec toutes les conséquences et les responsabilités que nous avons pour cette planète ! L’économie circulaire est un sujet vaste et important. Nous devons nous demander comment et où les nouveaux matériaux sont obtenus, comment ils sont utilisés, transformés et réintégrés dans le cycle. Les bouteilles de boissons doivent-elles durer 150 ans ou pouvons-nous les concevoir pour qu’elles remplissent leur fonction dans le contexte du cycle, c’est-à-dire pour qu’elles conservent des boissons sûres et saines pendant un certain temps ? Nous devons relever tous ces défis !

Vous avez fondé Studiokurbos en 2013. Comment le studio s’est-il développé pendant cette période, où en êtes-vous aujourd’hui et que prévoyez-vous pour l’avenir ?

Au cours des dix dernières années, il s’est passé beaucoup de choses chez Studiokurbos, dans l’industrie du design et dans diverses entreprises. Rien que ces trois dernières années nous ont appris l’importance d’être prêt à tout. Des start-ups ont été créées et ont disparu à nouveau, l’e-mobilité a fait des progrès significatifs, de nouveaux marchés sont apparus et le monde a connu un arrêt sans précédent avec la pandémie de Covid. Le modèle du travail à domicile est également devenu la nouvelle norme.

En 2013, Studiokurbos était une entreprise individuelle. J’étais plein d’énergie et de motivation pour faire la différence. J’étais curieux mais très inexpérimenté en termes de gestion d’entreprise. Je suis très aventureux et ouvert à la nouveauté. Studiokurbos est le résultat des aventures que j’ai recherchées et permises. Aujourd’hui, nous sommes représentés par plus de 50 employés dans des studios de design situés dans deux villes fantastiques : Stuttgart et Shanghai. Nos employés, créatifs et dotés d’un bon réseau, travaillent ensemble au sein d’équipes de projet pour servir nos clients dans le monde entier. Chaque client et chaque projet représentent un nouveau défi, mais aussi de grandes opportunités. Des opportunités de créer quelque chose de nouveau et d’inédit ! Notre objectif est d’inspirer et de créer en permanence. Nous avons une soif d’action inextinguible. Une entreprise ne devrait pas se définir par le nombre de ses employés, mais plutôt par le fait d’être bonne dans ce qu’elle fait.

En tant que patron, quel style de management prônez-vous ?

En tant que directeur général, il est essentiel de donner la priorité au bien-être de nos employés, à l’économie mondiale et à nos clients, tout en restant réceptif aux nouvelles technologies et tendances. Chez Studiokurbos, nous nous engageons à répondre à la demande d’un design excellent et significatif. Depuis des siècles, la mobilité est une force motrice pour le transport, l’échange, la vitesse et le mouvement. Elle a alimenté le désir de voyager, encouragé les échanges culturels et facilité la communication, donnant naissance à de grandes marques et entreprises. Ce voyage aura encore de longs chapitres et nous voulons faire partie intégrante de cette histoire. Chaque client, chaque projet représente un nouveau défi, mais aussi de grandes opportunités. Des opportunités de créer quelque chose de nouveau et d’inédit 

Quels conseils donneriez-vous aux futurs créatifs et aux futurs étudiants en design de transport ?

Vous ne pouvez créer un design significatif que si vous connaissez et comprenez l’environnement futur du produit ou de la voiture que vous créez. Ces dernières années, la tendance est de demander l’avis des utilisateurs. Je ne partage pas cet avis, sinon nous serions encore à cheval aujourd’hui. Comprendre l’utilisateur, dans toutes ses facettes culturelles et ses structures d’âge. Le fossé technologique entre les différentes générations n’a jamais été aussi grand, et cela est peut-être dû à notre recherche constante de solutions plus rapides, meilleures et plus simples.

Dans le domaine de la conception automobile, la concurrence entre les étudiants s’accroît, les écoles “produisent” beaucoup plus de concepteurs qu’il n’en faut. Bien que les entreprises disposent d’une plus grande sélection, la bataille entre les candidats est rude. Sortir régulièrement des sentiers battus peut s’avérer efficace. Ne vous accrochez à rien, essayez toujours quelque chose de nouveau et faites confiance à votre intuition pour vous guider vers ce qui est bon ! Parfois, il est nécessaire de faire l’expérience de l’insensé et du laid pour comprendre où se trouvent le vrai sens et la beauté.

Avez-vous des voitures de collection dans votre garage ?

Je ne dirais pas que je suis un passionné du thermique, mais j’ai quelques belles voitures dans ma collection, dont une Porsche 964 C4, une 993, une Mercedes 300 SL 1986 en bleu nautique, et une Mercedes SL 320 1999 en noir Smaragd. Mais ce qui m’attire dans ces voitures, ce n’est pas seulement leur performance, c’est leur esthétique intemporelle, le style luxueux des années 80 et 90, l’odeur nostalgique des vieux véhicules et le son unique des vieux moteurs Porsche.

Quels sont vos loisirs ?

La famille, les amis, mes voitures, les voyages, les rencontres et, bien sûr, mon entreprise.

 

Biographie : 

1980 : Naissance à Stuttgart

1999 : Lauréat de l’institut européen de design à Torino

2000 : Designer automobile intérieur/ extérieur de Smart gmbh

2005 : Responsable Design / Conception au MBtech Group GmbH & Co 

2011 : Directeur du département design de la société Silberform 

2013 : Fondateur de Studiokurbos Sarl dont il est le directeur général

 

spot_img

autres articles

Un PDF gratuit offert !

Créez un compte gratuit et profitez d’un accès instantané à un PDF de votre choix.

L’inscription est simple et rapide !

Après votre inscription, vous allez recevoir votre code promo par email.

Days
Hours
Minutes
Consentement à l'utilisation de Cookies avec Real Cookie Banner