Ferrari a dévoilé une nouvelle création de son département spécial de voitures “sur commande” de Maranello, la P80/C. Modèle unique basé sur la Ferrari 488 GT3 et ayant nécessité trois ans de travail, la P80/C est présentée par la marque comme le “modèle spécial le plus extrême jamais conçu” par ses soins.

Cette pièce unique destinée à un riche client asiatique a de forts et solides liens avec des modèles mythiques du Cheval Cabré comme la 330 P3/P4, la Dino 206 S et la 250 LM.

Ferrari ne dévoile pas les données techniques de ce modèle unique si ce n’est un empattement plus long de 5 centimètres mais il est plus que plausible que la PC80/C embarque sous son capot le V8 3.9 biturbo de 600 ch mais sans limitation de vitesse maximale.

Autre particularité : bien qu’elle soit en partie dérivée de la 488 GT3, son développement s’est étalé sur une période de plus de quatre ans. Là encore, c’est une première. Jamais dans l’histoire de Ferrari la gestation d’une one-off n’a été aussi longue. Les exigences de l’acheteur en matière de design étaient très élevées. Il voulait absolument que l’on voit des inspirations stylistiques des Ferrari 300 P3/P4 1967 et Dino 206 S 1966. À cela, les designers et ingénieurs ont eu le défi de concevoir une voiture de piste qui respecte les dogmes modernes de l’aérodynamisme. Bien qu’elle soit limitée à un seul exemplaire, elle est passée par la même batterie de tests pour optimiser son taux de pénétration dans l’air.

Entièrement fabriqué en fibre de carbone, l’apport du châssis de la 488 GT3 permet d’avoir un empattement légèrement plus long que celui d’une 488 traditionnelle. À partir de là, les ingénieurs et designers étaient en mesure de déplacer la position du pilote vers l’avant tout en étirant la section arrière de la voiture. Moment de répit pour les concepteurs de la P80/C car elle ne participera jamais à une série de courses automobiles. Elle n’est donc pas contrainte de suivre des règles de conformité particulières. De ce fait, les phares se limitent à une mince ligne à peine perceptible. Pour l’arrière, le spectacle continue avec un imposant diffuseur et des feux discrètement intégrés à l’aileron.

De plus, la One-Off intègre des éléments stylistiques de la légendaire 250 LM Berlinetta quant à la configuration de la visière avant qui enveloppe le pare-brise et les lunettes latérales. Pour aller plus loin encore dans les spécifications, le propriétaire a demandé la préparation de deux ensembles de roues. Des 18 pouces pour l’usage en piste et des 21 pouces pour les expositions. Sans grande surprise, puisque c’est une Ferrari, on a opté pour une peinture rouge Rossa.