Villa d'Este - Gentlemen Drivers

«Voyage dans le monde fascinant de l’automobile italienne»

Comme chaque année depuis le lancement de Gentlemen Drivers Magazine, nous assistons au fameux Concorso d’Eleganza Villa d’Este, durant lequel nous ne manquons jamais de rencontrer des personnalités marquantes du monde de l’automobile. Que ce soit des designers ou des collectionneurs, le temps d’un weekend, Villa d’Este se transforme en fief des passionnés de voitures de collection extrêmement rares, mais aussi de concept cars. Si l’événement en soi est exceptionnel, cette année, il l’a été plus encore pour nous, car il a fait partie d’un véritable périple dans le monde fascinant de l’automobile italienne. Prenant le départ de Casablanca, tout au long de notre voyage, nous avons rencontré des designers, des constructeurs et des collectionneurs à Milan, Turin, Bologne et Parme, avant d’arriver à Cernobbio, où le thème de cette année était «Hollywood on the lake».

Si le concours d’élégance de la Villa d’Este est un rendez-vous incontournable pour les collectionneurs qui sortent leurs plus belles voitures pour y participer, il est également l’occasion pour les marques du Groupe BMW principalement, de présenter leurs derniers modèles. Cette année, c’est tout naturellement Rolls-Royce qui a offert un bain de foule au Cullinan, mais qui a aussi présenté une Phantom One of One.

Mais revenons au concours. Une fois encore, la domination des italiennes a été incontestable, à l’image de la Ferrari 335 Sport Spider Scaglietti de 1958, appartenant à l’Autrichien Andreas Mohringer, qui a remporté le titre le plus convoité, le Trofeo BMW Group. La Coppa d’oro Villa d’Este, décernée par le public, ainsi que le Trofeo BMW Group Italia, ont tous deux récompensé l’Alfa Romeo 33/2 Stradale Scaglione de 1968, du Suisse Albert Spiess. L’autre italienne à avoir été distinguée a été la fameuse Lancia Stratos Bertone de 1970, qui a remporté le Trofeo BMW Group Ragazzi. Certes, la ligne italienne des voitures classiques séduit toujours, mais celle des modernes également, à l’image de la Ferrari SP38 dessinée par Flavio Manzoni, qui a reçu le Design Award dans la catégorie des concept cars et prototypes.

Pour ce qui est des catégories mises en place, 16 voitures ont été récompensées. Concrètement, dans chaque catégorie, il y avait la gagnante et la mention d’honneur. Dans le détail, la catégorie A a récompensé la Bugatti 59 Grand Prix, alors que l’Alfa Romeo 8C 2300 Zagato de 1933 a reçu la mention du jury. La catégorie B, qui a été baptisée «From Manhattan to Mayfair : The Golden Age of Motoring Opulence», a consacré la Rolls-Royce Phantom de 1929 et la magnifique Cadillac V-16 Fleetwood de 1930. Dans la catégorie C, portant le nom «Shaped by the Wind : Grandes Routières of the Art Deco Era», la Lancia Astura Serie III by Pininfarina a remporté le titre, au moment où la fameuse Bugatti 57 Atalante de 1937 a reçu la mention du jury. La catégorie D «New World, New Ideas : the Story of the GT», a été remportée par deux italiennes de Maranello. La Ferrari 250 GT Berlinetta SWA Pininfarina de 1960 est la grande gagnante, alors que la Ferrari 212 Export de 1951 a obtenu la mention du jury. En ce qui concerne la catégorie «Speed meets style : The flowering of the Sports and The Racing Car», c’est la Ferrari 335 Sport Scaglietti 1958, Best of show cette année qui a gagné, face à la Porsche Carrera GTS de 1964. La catégorie «80 years of Automotive Archaelogy » a consacré la SCAT 25/35 HP de 1913, qui appartient à Corrado Lopresto et la Lamborghini Miura P 400 SV. Faisant honneur au thème de cette année, la catégorie «Hollywood on the Lake : Stars of The Silver Screen» a vu la Lancia Stratos Bertone 1970 remporter le prix et l’Aston Martin DB5 de 1964 obtenir la mention du jury. Enfin, la dernière catégorie mettait en compétition les monoplaces de Formule 1 d’antan. Le jury a élu la McLaren MP4/2B De 1985, qui développe une puissance de 850 ch et a donné une mention spéciale à la mythique Maserati 250F de 1954.

 

Mercedes Bottom 300x250