C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous sommes partis à l’assaut des SUV Rutilants et soigneusement bichonnés que SMEIA, importateur local de la marque, a mis à notre disposition. Il est vrai que l’essai d’une BMW est toujours synonyme de plaisir de conduite. Il l’est d’autant plus que le désert d’Agafay est un terrain adapté pour ce type d’exercice.
Au premier regard, la quatrième génération du X5 révèle une silhouette plus imposante. En effet, reposant sur une nouvelle plateforme, elle a sensiblement grandi en affichant presque 5 m de long et près de 2 m de large. Dans la foulée, l’empattement a sensiblement augmenté offrant davantage d’espace à bord.

Ces mensurations en hausse s’accompagnent d’un profond toilettage esthétique. Ainsi, la X5 quatrième du nom s’affuble à l’avant d’une calandre plus grande et plus épaisse et des naseaux plus larges. Cette dernière encadre des optiques plus fins et un regard plus menaçant. Équipée de série de phares LED, la bavaroise peut également être dotée en option des Projecteurs Laser BMW avec phares LED adaptatifs pour optimiser l’éclairage des feux de route. Le capot, pour sa part, devient plus long et horizontal. De profil, la silhouette devient plus musclée grâce à une ligne de caisse plus travaillée avec un joli décroché au niveau des flancs. A l’arrière, Les feux sont dotés d’un design en relief qui leur confère un caractère sophistiqué et une esthétique soignée.

A l’intérieur, cette quatrième génération a droit à son tour au nouveau tableau de bord digital déjà présent sur les nouveaux Série 8, Z4 et Série 3. Le tout prend place sur une planche de bord moderne et tirée à quatre épingles. A noter également la présence d’un noir laqué sur la console centrale et le bas de la dalle numérique de plus bel effet. La hausse de qualité est indubitable et très palpable.

Par ailleurs, l’éventail de systèmes d’aide à la conduite s’élargit considérablement avec, en première ligne, l’option Drive Assist Pro et l’assistant au stationnement avec assistance au recul. Ce dernier gadget constitue une première mondiale puisque l’assistant de la marche arrière peut recréer les 80 derniers mètres de votre parcours en cas d’insertion dans une impasse un peu trop étroite par exemple.

Mais c’est en tout terrain que le X5 nous a carrément bluffés par son aisance et son agilité. En effet, grâce au pack X off-road, offrant quatre modes de conduite, noua avons pu déjouer facilement les pièges d’un terrain très accidenté. Ce système va de pair avec un blocage de différentiel, la transmission intégrale qui répartit le couple entre chaque essieu ainsi que la suspension pneumatique qui permet de faire grimper la hauteur de caisse jusqu’à 8 cm.
Enfin, notre plaisir a été décuplé par la présence d’une motorisation enjouée et à la sonorité agréable. En effet, le 6 cylindres 3.0 de 265 ch nous a gratifié d’accélérations très toniques au point de faire oublier le poids conséquent de la voiture qui dépasse les deux tonnes. Pour les plus pressés, un six cylindres gavé de quatre turbos de 400 ch est disponible sous le capot de la version M50d.

Quant au BMW X7, c’est le plus grand modèle de la marque bavaroise dans le segment tout-terrain avec ses 5,15 mètres de long.
À l’extérieur, le X7 reprend en grande partie le look du concept, à commencer par la célèbre calandre démesurée à double haricot, très en relief, dont la hauteur est accentuée par la finesse des feux avant. Ladite calandre est soulignée de chrome comme les boucliers, les bas de caisse, les extracteurs latéraux et les feux arrière. Le design de la poupe est plus classique et évoque le dernier X5. En plus de sa longueur de plus de 5 mètres, de sa largeur (2 mètres) et de sa hauteur (1,80 m), la distance entre les essieux n’est pas non plus “petite”, avec 3,10 m. Au total, l’habitacle du BMW X7 est configuré avec trois rangées de sièges, pour accueillir un total de sept occupants. En termes de volume de chargement dans le coffre, la capacité peut varier de 326 litres à 2.120 litres (avec les deuxième et troisième rangées de sièges rabattus).

En termes de connectivité, d’information et de divertissement, la BMW X7 offre de série le système multimédia BMW Live Cockpit Professional et le BMW Operating System 7.0. L’instrumentation est entièrement numérique et dans les deux cas offerte avec un grand écran de 12,3 pouces. Les commandes vocales et gestuelles répondent à un plus grand nombre de commandes. L’intelligence artificielle est également présente, avec la technologie BMW Intelligent Personal Assistant, qui joue le rôle de copilote numérique et est activée par des commandes vocales.
Sous le capot, le BMW X7 offre un bloc essence en l’occurrence le six cylindres en ligne TwinPower Turbo 3.0, 340 ch et 450 Nm de couple et un six cylindres diesel décliné en deux puissances : 265 ch et 400 ch pour la version M50d à quatre turbos. Toutes les motorisations sont couplées à la boîte à vitesses Steptronic à huit rapports.

Sur la route, le mastodonte bavarois a rassuré quant à sa capacité à franchir les obstacles même si sa vocation première est de croiser sur autoroute en offrant un confort royal grâce à sa suspension pneumatique sur les deux essieux et la suspension adaptative avec contrôle électronique de l’amortissement. Pour crapahuter efficacement, nous avons sollicité le système de direction à quatre roues motrices (Active Steering) et le système de stabilisation active de la commande de roulis de caisse (Executive Drive Pro) disponibles en option.
Au final, cette escapade hors des sentiers battus a prouvé encore une fois que la réputation de BMW quant à la conception de SUV polyvalents et technologiques n’est nullement usurpée. Nul doute que les qualités des X5 et X7 leur permettront de jouer les premiers rôles dans leurs segments respectifs.

Mercedes Bottom 300x250