1BMW’s Memory

M.Knieps au volant de sa première voiture à pédale à l’âge de 4 ans

Benjamin de trois garçons, Ulrich Knieps est né dans une famille où la passion automobile est transmise par les gènes. Alors qu’il avait à peine 4 ans, il a reçu sa première voiture à pédales, qui portait le badge Rolls-Royce. Autant dire que son histoire avec l’automobile avait bien démarré et qui aurait pensé que bien des années plus tard, il serait en charge d’établir la nouvelle stratégie de développement de la firme britannique dans le monde entier, quand elle est passée sous la houlette du Groupe BMW ? Ayant rejoint la firme à l’hélice dès sa sortie de l’université, il a su lui rester fidèle et il faut dire qu’elle le lui a bien rendu. Occupant plusieurs postes au sein du Groupe, c’est en 2013 qu’il a été nommé à la tête de BMW Group Classic, où il travaille avec acharnement pour pouvoir faire profiter le plus grand nombre de l’histoire riche et glorieuse de BMW à travers des modèles mythiques qui sont exposés au musée de Munich. Connaissant mieux que personne l’histoire de la marque allemande, Ulrich Knieps a choisi de partager avec nous, sans retenue, toute sa passion pour l’automobile en général et pour l’histoire de BMW en particulier.

2D’où vous est venue cette passion pour l’automobile?

M.Knieps (à gauche) avec des collègues devant la BMW M Coupé

On peut dire que je suis né dedans. J’ai grandi dans un petit village très proche du Nürburgring, où presque tout le monde était fasciné par les motos et les voitures. De plus, mon père était professeur  et il enseignait la physique, les mathématiques et la chimie. C’est pour cela que l’intérêt que je porte pour tout ce qui bouge n’est pas simplement dû à l’endroit où je suis né. C’est aussi dans mon ADN. Je suis le plus jeune de trois frères et nous avons tous partagé la même passion. Juste pour vous donner deux brefs exemples: à l’âge de 4 ans, j’ai eu ma première voiture à pédales, qui avait une caractéristique très spéciale: un badge Rolls-Royce! Je n’avais aucune idée de ce que cela représentait, mais j’étais très fier, parce que je trouvais que c’était très beau. J’ai essayé d’installer un moteur monocylindre et une boîte de vitesses à 3 rapports dans ma troisième voiture à pédales. Cela n’a pas vraiment marché, mais c’était ma première voiture.

 

 

 

 

 

3Vous avez toujours préféré les voitures classiques aux voitures modernes?

2016. BMW 6 et 02 Series récompensées par Goldenes KLassik Lenkrad “du magazine allemand Auto Bild Klassik. Ulrich Knieps reçoit les prix au sein des installations de BMW Group Classic

Quand j’étais jeune, je ne faisais aucune distinction entre les voitures modernes et classiques. À ce moment-là, d’autres facteurs ont influencé mes décisions, comme le fait d’être cool, la sportivité et, bien sûr, les véhicules qui étaient accessibles. Quand j’ai eu l’âge de passer mon permis de conduire, la BMW 2002 était pratiquement une nouvelle voiture et les voitures classiques étaient plutôt considérées comme d’anciens véhicules d’occasion. Les vrais classiques étaient des modèles d’avant-guerre et je m’y intéressais moins, à cause de leur apparence et – ce que je pensais à l’époque – de leur manque de dynamique dans la conduite.

4Parlez-nous un peu de votre première voiture?

M.Knieps (à droite) et ses frères ainés avec un scooter qu’ils ont fabriqué eux-mêmes.

Ma toute première voiture était une Ford 12M P4, avec changement de colonne de direction. C’était uniquement destiné à un usage d’hiver, car ma passion à l’époque était plus sur les motos. Pour mon 18e anniversaire, j’ai pu avoir une BMW R26. La voiture et la moto avaient besoin de beaucoup de travail et comme je n’avais pas beaucoup d’argent, tout était question d’improvisation. Du coup, j’ai investi la cuisine de ma mère, pour changer les guides de soupape, pour mettre la culasse dans le four pendant que les guides étaient refroidis dans le congélateur.

La voiture que je considère comme ma première voiture réellement était une Renault 5 Alpine, que j’ai achetée quand j’étais à l’université. Comme je n’avais pas assez d’argent pour une voiture correcte, j’ai de nouveau acheté une voiture d’occasion plutôt usée et je l’ai réparée moi-même. Après deux mois de réparations sur la boîte à vitesses, le réglage du carburateur et le remplacement de quelques panneaux de carrosserie, elle était fin prête à rouler sur la Nordschleife. Clairement, il y avait d’autres voitures qui étaient beaucoup plus performantes. Mais aimant les défis, je devais compenser le manque de performance avec mes compétences de conduite. Et j’ai apprécié le style et l’attitude de la voiture. Cela a contribué à me donner un profil distinct et m’a distingué des autres pilotes avec leurs «voitures grand public».

5Vous avez été nommé à la tête de BMW Group Classic. Comment votre carrière a-t-elle commencé, chez BMW?

M.Knieps au BMW Group Cocktail

J’ai rejoint BMW en septembre 1985 directement à ma sortie de l’université. J’ai été diplômé en ingénierie mécanique et industrielle, et j’ai eu l’opportunité d’obtenir un emploi en gestion de produit, où j’étais le lien entre le développement et le département des ventes. On pourrait dire que j’ai travaillé comme interprète qui était chargé de traduire les codes utilisés parles ingénieurs en langage de vente. J’ai ensuite occupé plusieurs fonctions dans la gestion des produits. Heureusement, j’ai été impliqué dans des projets pionniers pour BMW, comme le Z3 Coupé, le X5 et le Z8. Prenons l’exemple du X5: ce projet était très risqué et faisait aussi l’objet d’une discussion plutôt controversée à l’époque. En regardant comment la BMW X-Line s’est développée, vous pouvez clairement dire qu’il s’agit d’une véritable success story et l’une des lignes de modèles les plus importantes. Après un passage dans la gestion de produits, je suis passé à l’unité de planification stratégique des produits et, en 1998, je faisais partie d’une petite équipe qui travaillait sur le projet Rolls-Royce. Nous avions pour mission de définir les caractéristiques de la nouvelle Phantom. Ce fut l’un des chapitres les plus passionnants de ma carrière. Par la suite, c’est une nouvelle étape, qui a commencé au sein du nouveau département Rolls-Royce de BMW Group. Alors que la nouvelle Phantom était en cours de finalisation, on m’a demandé de mettre en place une organisation commerciale mondiale pour Rolls-Royce. Cela signifiait rien de moins que d’établir un réseau de concessionnaires entièrement nouveau, y compris après-vente et toute la logistique qui va avec. Pendant cette période, j’ai voyagé partout et j’ai vraiment appris à connaître le monde. J’ai visité presque tous les 154 concessionnaires Rolls-Royce existants – ce n’estpas quelque chose que j’aurai pu faire de mon bureau à Munich. À l’époque, j’ai établi une soixantaine de nouveaux concessionnaires – la plupart d’entre eux sont toujours dans l’entreprise, d’ailleurs. En 2003, après avoir accompli cette tâche avec succès, on m’a confié la gestion du marketing central. Encore une fois, c’était un travail international, car nous devions toujours coordonner notre stratégie marketing avec les filiales les plus importantes du monde.

Après avoir occupé différents postes au sein du développement et du marketing, j’ai été nommé responsable des produits, de la technologie et des communications sportives. À ce moment-là, le groupe cible était devenu les médias – une position très intéressante et stimulante. Pendant cette période, des produits importants ont été lancés et des décisions cruciales ont été prises. Juste pour vous donner quelques exemples: “Efficient Dynamics” a été lancé à l’époque – alliant plaisir de conduite pur et efficacité maximale. Je faisais partie de l’équipe lorsque le «Projet I» a été présenté au public et mon équipe a également géré les communications, lorsque BMW Motorsport a quitté la Formule 1. Comme je l’ai dit, c’était parfois une mission difficile, mais dont j’ai apprécié chaque minute. Et finalement, c’est en mars 2013 que j’ai rejoint BMW Group Classic.

 

6Pouvez-vous nous donner plus de détails sur les activités de BMW Group Classic?

M. Knieps au Concorso à bord de la BMW Turbo “Concept Car de 1972 avec Danilo Zuchetti (à gauche) et Simon Kidston (à droite)

 

BMW Group Classic offre une grande variété de services à différents groupes. Nous présentons l’histoire de l’entreprise au Musée BMW, la collection de véhicules et nos archives. En ce qui concerne les événements, nous nous intéressons à toutes sortes d’activités liées aux véhicules classiques. Que ce soit des rallyes de voitures anciennes, des rassemblements de sports motorisés historiques ou des événements de moto, pour n’en citer que quelques-uns. Nous essayons toujours de couvrir tous les différents aspects du panorama automobile. Par exemple, le Concorso D’Eleganza Villa D’Este est l’un des événements les plus exclusifs et traditionnels du monde, qui présente un héritage inestimable. D’autre part, nous sommes également le sponsor officiel d’un jeune rallye de voitures anciennes, le “Creme 21 Youngtimer Rally”, qui a un caractère totalement différent. Il est logique que nous ayons une présence  dans de tels événements, car il y a une grande communauté de jeunes fans de voitures classiques des années 70 et 80 et ils sont attirés par les BMW de cette époque.En 2015, nous avons emménagé dans nos nouvelles installations. Le complexe a été construit en 1918 en tant que première usine de l’entreprise. Près de 100 ans plus tard, ces bâtiments accueillent l’histoire de nos marques. À Moosacher Straße 66, à proximité du siège social de BMW, nous mettons notre atelier à la disposition des voitures et motos classiques, où des spécialistes assurent la disponibilité des pièces de rechange. Nous proposons également des concepts sur mesure pour les clients à la recherche de véhicules BMW classiques. De plus, certaines parties de ce bâtiment peuvent être utilisées pour différentes manifestations, pas forcément les nôtres. Tous ceux qui cherchent un endroit très spécial pour organiser leur événement sont les bienvenus ici.

7Comment voyez-vous le futur de BMW Group Classic? Quels sont vos projets?

M. Knieps remet une BMW M1 Procar, restaurée chez BMW Group Classic à un client

Il est clair que ces dernières années, le secteur automobile classique s’est développé dans le monde entier. C’est pour cette raison que nous travaillons constamment sur de nouveaux concepts. Par exemple, en parlant de nos services, l’atelier classique fonctionne à plein régime et le nombre de pièces de rechange disponibles augmente chaque année. Cependant, nous comprenons que tous les clients ne peuvent pas venir à Munich. C’est pourquoi nous avons commencé à établir un réseau de concessionnaires BMW Classic autorisés. En ce moment, vous pouvez trouver ces revendeurs aux États-Unis, en Allemagne, en Autriche et en Italie et nous prévoyons d’étendre ce réseau à d’autres marchés.

Il est clair que nous sommes toujours à la recherche de nouveaux concepts d’événements qui en valent vraiment la peine. Par exemple, l’année dernière, nous avons envoyé des motos spectaculaires et une voiture unique à Bikers ‘Meeting “Wheels & Waves” à Biarritz, en France. Il ne s’agit pas forcément de motos anciennes, mais de la fascination et du style de vie qui se dégagent des motos personnalisées et de l’enthousiasme pour les véhicules classiques.

Dernier point, mais non des moindres: BMW Group Classic est responsable du maintien de l’héritage de l’entreprise et de son évolution vers le futur. L’histoire de BMW est notre USP. Personne ne peut copier notre histoire. Prenons le lancement de la toute nouvelle M5. BMW a été le premier constructeur automobile à sortir une berline sportive avec des performances exceptionnelles combinées à la capacité de rouler au quotidien. C’est pour cette raison que pour le lancement de la nouvelle génération, nous avons bien mis en valeur toutes les précédentes. Cela nous donne une crédibilité qui ne peut être sous-estimée.

 

8Le partenariat entre BMW Group Classic et Concorso d’Eleganza Villa Este a commencé en 2005. Comment est née cette idée et que représente le Concorso d’Eleganza Villa d’Este pour le Groupe?

M. Knieps durant la parade du Concorso avec Danilo Zucchetti, directeur général Grand hôtels Villa d’Este dans une BMW 328

 

Notre engagement au Concorso D’Eleganza Villa D’Este remonte à 1999, quand nous avons commencé en tant que sponsor de l’événement. Nous cherchions une plate-forme pour communiquer avec les fans de voitures historiques. Le Concorso s’est avéré être l’événement idéal. Chaque année, c’est un moment fort dans le calendrier des événements de voitures classiques. L’emplacement est unique et la liste des invités pour l’événement compte de grands noms du secteur automobile classique, parce que les amateurs du monde entier se réunissent à Cernobbio pour profiter d’un week-end d’élégance pure. En 2005, nous avons pris en charge tout l’événement, en collaboration, bien évidemment, avec le Grand Hôtel Villa D’Este. Nous avons décidé d’améliorer le concept, en lançant le Concorso di Motociclette, qui est rapidement devenu une des attractions principales de cet évènement. Le Concorso a commencé en 1929, comme un concours pour les nouvelles voitures, qui étaient des véhicules exceptionnels conçus par les carrossiers les plus admirés de l’époque. Nous avons transféré cet aspect jusqu’à nos jours, en dévoilant chaque année de nouveaux concept cars. Je pourrais peut-être résumer l’essence de cet événement en une phrase: c’est la meilleure plate-forme pour admirer des véhicules à couper le souffle, dans un cadre des plus spectaculaires et rencontrer des gens distingués de la scène automobile mondiale. Je ne pouvais rêver d’un meilleur événement pour BMW Group Classic.

9Quel modèle BMW classique est le plus mythique, pour vous?

Pour moi, il y a de nombreux modèles BMW emblématiques, mais il y a une voiture que j’admire par-dessus toutes les autres voitures: la BMW 328 Mille Miglia Roadster. Juste son style est à couper le souffle. Mais ce n’est pas cela uniquement qui la rend mythique. En ce qui me concerne, cette voiture représente une multitude de vertus qui ont fait de BMW ce qu’elle est maintenant. Dans les années 1930, cette voiture était en avance sur son temps. La norme 328 a été développée comme la voiture de sport la plus dynamique de sa catégorie et, dès le départ, elle a prouvé son efficacité en remportant une course dès sa première apparition sur le circuit. Le Miglia Roadster a ensuite fait son apparition et c’était, en quelque sorte, une évolution de la 328. C’est une voiture qui a près de 80 ans, mais ce n’est pas l’impression que vous aurez en montant dedans et en la conduisant. La combinaison d’une maniabilité superbe et du moteur à six cylindres en ligne agile vous donne l’impressiond’être assis dans une voiture beaucoup plus moderne. Le seul aspect en phase avec l’époque est celui des freins – lorsque vous appuyez sur la pédale, vous êtes immédiatement transporté plusieurs décennies en arrière.

10Possédez-vous une collection de voitures classiques?

M. Knieps au BMW Museum devant une BMW 2002

J’aime vraiment conduire ma BMW M Roadster. On pourrait dire que ce n’est pas encore considéré comme une voiture classique. J’aime penser que c’est une voiture classique moderne. C’est une machine de conduite pure – comme ce que l’on peut attendre de BMW. J’ai un lien vraiment spécial avec cette voiture: au moment où j’étais au département de gestion des produits, j’étais la personne responsable de cette voiture et j’ai aidé à développer cette voiture de A à Z. Le modèle que j’ai acheté était en vente en Italie et quand j’ai vérifié le numéro de châssis, j’ai découvert qu’il s’agissait d’une voiture d’essai, qui était destinée à la presse. Inutile de dire que je devais tout simplement prendre cette voiture.

11Quel modèle avez-vous eu le plus de difficulté à acquérir?

Il y a eu plusieurs voitures qui n’ont pas été faciles à trouver. Mais la BMW 507 appartenant à Elvis Presley a certainement été l’une des acquisitions les plus spectaculaires. Trouver cette automobile dans une grange en Californie n’était que le premier pas. Après avoir pris contact avec le propriétaire, il nous a fallu du temps, des appels téléphoniques et des vols transatlantiques pour le convaincre que ce serait une bonne idée de ramener la voiture en Allemagne et dans notre musée. L’équipe a fait un travail fantastique et chaque fois que je vois la voiture exposée dans notre musée, je reste un moment à la contempler.

12Quel modèle manque encore à votre collection et que vous aimeriez avoir par-dessus tout?

M.Knieps en tant que copilote lors de la Mille Miglia

Il y aura toujours des véhicules qui pourraient enrichir notre collection. Et vous pouvez être sûr que nous sommes constamment à l’affût. Nous avons une sorte de «liste de courses» pour les voitures, les motos, ainsi que les objets. L’énumération de toute la liste prendrait beaucoup de temps! Parfois, nous tombons sur des offres qui n’étaient même pas sur notre radar, mais qu’il serait logique d’avoir dans notre collection. L’année dernière par exemple, nous avons eu l’opportunité d’acheter l’un des tout premiers certificats d’actions de BMW AG jamais émis.

13Conduisez-vous une voiture classique au quotidien?

Stage spécial au “Hamburg Berlin-Klassik”, M. Knieps et Katarina Witt (ancienne médaillée d’or olympique en patinage artistique) courent au volant d’une 328 noire contre Son Altesse Royale le prince Léopold de Bavière.

Quand j’ai le temps, je prends mon roadster M pour faire un peu de route. Mais quand le temps se fait rare, j’essaie d’en profiter autrement et je l’utilise pour aller au bureau en été. Puisque les motos ont toujours joué un grand rôle dans ma vie, j’apprécie ma BMW R nineT. L’un des grands avantages en tant que chef de BMW Group Classic est que j’ai beaucoup de chance d’avoir l’occasion de conduire différentes voitures de notre collection lors de divers événements. Cela compense le manque de temps libre pour conduire ma propre voiture et ma propre moto.

14Quelles sont vos autres passions?

M. Knieps avec BMW Works Driver Bruno Spengler dans une 328

J’ai toujours été un petrolhead. J’ai une grande fascination pour les voitures et les motos. C’est pourquoi je ne pouvais rêver un meilleur endroit pour travailler. Mais dans la vie il y a autre chose que le travail, c’est certain. Je pense que ce serait vrai de dire que j’aime les belles choses de la vie. J’aime passer du temps sur les parcours de golf, j’apprécie la bonne gastronomie et j’aime voyager vers des destinations différentes, où je me rends pour le travail.