C’est une des figures emblématiques du luxe automobile à l’italienne. Tonino Lamborghini porte un ADN qui se revendique de l’histoire de la famille éponyme et de l’empire commercial qu’elle a bâti au cours des trois dernières générations. De la construction de tracteurs à certaines des voitures les plus célèbres du monde, de la conception d’hôtels à la création de montres de luxe, les Lamborghini ont démontré leur esprit d’innovation dans plusieurs secteurs. Une énergie particulière traverse toute la famille Lamborghini et son histoire : la puissance du défi. Comme son père Ferruccio a défié le monde de l’automobile en 1963, Tonino défie le monde du style et du luxe depuis 1981, date à laquelle il a fondé ses marques Lifestyle Experience Tonino Lamborghini et By Tonino Lamborghini.

Dans cet entretien exclusif, Gentlemen Drivers jette la lumière sur le parcours exceptionnel de l’enfant prodige de la famille des Lamborghini, Tonino fils aîné du fondateur de la marque de San’Agata Bolognese.

1Comment avez-vous attrapé le virus de la passion pour l’automobile ?

La passion est venue tout naturellement puisque j’ai baigné depuis ma toute tendre enfance dans un environnement très imbibé de la culture de l’automobile. Mon père était très passionné et a depuis toujours nourri l’espoir de concevoir un jour une sportive qui pouvait tenir tête à Ferrari. Donc, depuis mon enfance je l’ai accompagné dans ses tribulations jusqu’à la réalisation de son rêve. A l’âge de 16 ans j’ai commencé à collectionner les reliques de l’héritage de mon père, d’abord les tracteurs, puis les prototypes, les souvenirs et les voitures : Miura, Countach…, tout. Au début, mon père n’était pas très chaud à l’idée, mais j’ai insisté. Cette collection allait devenir l’ossature du musée Lamborghini moderne.

2Quelle était votre première voiture ?

C’est en fait la toute première voiture que mon père a construite. La voiture jouet de 2 chevaux était un cadeau de lui pour me familiariser avec le monde de l’automobile et me communiquer sa passion même si lui l’utilisait en fait pour traverser ses caves à vin (rires…).

Aujourd’hui, cette voiture unique fait partie de la collection exposée au Centre Ferruccio Lamborghini, mon musée personnel qui présente une belle sélection des œuvres que le regretté Ferruccio Lamborghini a créées au cours de sa vie active, des tracteurs aux supersportives …

3Avez-vous pris le management du business familial comme challenge ?

Dans les années soixante-dix, Ferruccio décide de prendre sa retraite et de s’occuper de son vignoble en Ombrie, me laissant alors âgé d’une vingtaine d’années, le soin de m’en occuper. Il m’a dit qu’il serait disponible une fois par an pour tout ce dont j’aurais besoin concernant l’entreprise. Au début j’avais peur. J’étais là, encore à l’université, et mon père me tend l’œuvre de sa vie. Mais il a pris sa retraite à ce moment-là parce que c’était ce qu’il était. Il croyait à l’excellence et au timing. En grandissant, je considérais notre usine comme ma maison. Je jouais avec les ouvriers et je mangeais avec eux. Plus tard, j’ai commencé à travailler sur les tracteurs avec les mécaniciens pendant l’été. J’ai appris à tout connaître de l’entreprise, à l’intérieur comme à l’extérieur. J’ai appris beaucoup de choses de mon père. Ce qui a toujours été au premier plan, c’est sa croyance dans la qualité et le contenu.

4Votre père n’était pas très chaud pour que vous démarriez votre business. Comment l’avez-vous convaincu ?

En 1981, j’ai créé ma nouvelle entreprise Tonino Lamborghini Style et Accessoires. À l’époque, j’assistais mon père dans le groupe familial, mais j’ai ressenti le besoin de faire quelque chose d’exclusivement personnel, différent du monde des moteurs. J’ai toujours été intéressé par le design et les accessoires. J’aimais beaucoup des marques comme Gucci et Hermès et elles m’ont inspiré pour créer une activité avec des produits de marque. Tout comme Gucci a été inspiré par le monde équestre avec des éléments iconiques comme un support ou une morsure, je me suis inspiré du roulement, du piston, des ressorts, des suspensions.

Au début, mon père n’était pas très enthousiaste à l’idée que je me lance dans la mode et le luxe. Mais c’était un homme juste, et un jour il m’a dit : “Tu sais, j’ai toujours fait ce que je voulais faire, alors pourquoi n’aurais-tu pas ta chance”. Il m’a cependant rappelé avec insistance que le nom de Lamborghini était synonyme de savoir-faire technique et d’excellence mécanique. Nous avons commencé par les accessoires pour hommes et les montres. Il a fallu un certain temps pour que les gens nous connaissent, non pas pour les voitures et les tracteurs, qui appartiennent à la mémoire et à l’héritage historique de la famille, mais pour ces produits de luxe à la mode. Nous avons persévéré. Aujourd’hui, le nom Lamborghini a gagné en notoriété. Le groupe Tonino Lamborghini est présent dans le monde entier et produit activement une gamme de produits d’accueil et de luxe, comme des montres, des lunettes de soleil et des téléphones portables, pour n’en citer que quelques-uns.

5La montre fut le premier accessoire de luxe inspiré du monde de l’automobile, pourquoi ?

J’ai toujours aimé les produits liés à la mécanique et à l’ingénierie. Ainsi, il était évident pour moi que le premier accessoire que j’ai réalisé était une montre. Les montres symbolisent le point de rencontre entre le parcours professionnel des Lamborghini, représenté par le monde de la mécanique et de l’ingénierie, et ma passion personnelle pour l’art et le design italien. C’est la raison pour laquelle dans chaque produit que je crée, il y a un détail spécial qui rappelle mon héritage automobile familial.

6Et ce ne fut pas la dernière puisque vous avez fait sensation avec le modèle Spyder qui a connu beaucoup de succès…

En 2007, avec le soutien du Centro Stile de l’entreprise, j’ai conçu une montre inspirée du bouclier, l’emblème de ma famille qui renferme la Miura Raging Bull. Au fil des ans, la montre Spyder est devenue le modèle le plus vendu et représente aujourd’hui le garde-temps emblématique de la ligne de montres suisses Tonino Lamborghini. Elle est disponible avec des mouvements à quartz, à 3 aiguilles, chrono ou automatiques Swiss made.

7Vous vous-êtes également intéressé aux téléphones portables en tant qu’objets du luxe…

Effectivement, la marque a lancé, en 2013, son premier smartphone : Antares. La nouvelle ère numérique intelligente de l’entreprise commence. L’année suivante, le catalogue est enrichi d’un nouveau modèle : le 88 Tauri. Il s’agit d’objets haut de gamme avec de beaux matériaux et un design recherché. Trois ans après le 88 Tauri, l’Alpha-One vient actualiser notre offre. Il s’agit d’un téléphone qui reprend le concept des smartphones luxueux : matériaux premium (or, cuir), design marqué et une fiche technique à la page.

8En dehors de l’Italie, berceau de la mode et du luxe, quelle partie du monde était prioritaire pour votre business ?

Après le succès de ma ligne d’accessoires en Italie, j’ai décidé d’ouvrir le premier magasin phare à Hong Kong. L’ancien protectorat britannique a représenté un tremplin vers le marché asiatique largement inexploré. Plusieurs magasins à Hong Kong et Macao et de nombreux magasins et in-stores dans les plus importantes villes chinoises ont été ouverts à la fin des années 80.

En juin 2012, Lamborghini a lancé la Library Boutique Hôtel à Shouzou, l’une des villes au plus fort développement économique en Chine. Il a été récompensé par plusieurs prix : meilleur hôtel-boutique de la ville de Paradis, la marque d’hôtel de luxe la plus progressiste et le meilleur hôtel à thème culturel et artistique. Le Tonino Lamborghini City Center Hotel Kunshan est le deuxième hôtel ouvert en décembre 2012 au centre de la zone commerciale et d’affaires de la ville. En 2013, le lancement du troisième Tonino Lamborghini Lake Side Hotel à Huang-shi a constitué une nouvelle étape dans ma vision d’amener le luxe italien sur le marché chinois haut de gamme et de partager son mode de vie.

9Quelles difficultés avez-vous rencontré sur un marché aussi lointain géographiquement et culturellement ?

S’attaquer à un marché comme la Chine dans les années 80 a été un processus complètement différent de celui d’aujourd’hui : les problèmes administratifs et culturels étaient comme les Piliers d’Hercule, souvent insurmontables, qui marquaient toute tentative de commerce et toute action économique sur le marché chinois. Ainsi, la seule façon de franchir ces frontières culturelles et la bureaucratie était de gérer les relations humaines sur une base personnelle.

10Gardez-vous des rapports avec le monde de l’industrie automobile ?

Nous travaillons toujours avec des mécaniciens. C’est dans notre ADN. Nous sommes spécialisés dans les voiturettes de golf et avons récemment conçu une voiture de ville électronique. Nous ne pouvons pas nous en empêcher, nous restons des mécaniciens dévoués.

11Qu’est-ce qui vous a poussé à dupliquer votre concept au secteur de l’alimentaire ?

Développer une gamme de produits alimentaires italiens est un retour naturel à mes racines sachant que mon père a commencé par produire des tracteurs et qu’il est issu d’une famille d’agriculteurs. De plus, la création d’un design spécifique pour la décoration intérieure de mon nouveau concept de coffee lounge était une autre façon de poursuivre l’esprit créatif de mon père….

12Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Mon instinct créatif est totalement libre et sans limites, une idée peut me venir au milieu de la nuit, ou en visitant une galerie d’art ou une foire … Cet éclectisme est également démontré par le fait qu’avec mes collections, je touche différents thèmes et que mes accessoires couvrent différentes catégories de produits, mais ils sont tous liés par un esprit intransigeant, la passion pour la culture italienne et un lien fort avec mon héritage familial. J’espère que ma clientèle comprend la vision personnelle qui se cache derrière tous mes produits de marque : répandre la passion et l’esprit de l’Italie avec des produits uniques et distinctifs, inspirés du design industriel italien et de l’héritage mécanique de ma famille Lamborghini.

13Avec du recul, qu’est ce qui a fondamentalement changé dans la gestion du business par rapport au passé ?

La façon de penser de nos clients a considérablement changé depuis l’époque de mon père. Grâce à l’internet et aux médias sociaux, nos clients sont aujourd’hui plus informés que jamais. Nous devons continuellement garder une longueur d’avance.

14Le rapport que vous entretenez avec vos enfants est-il différent de celui que vous aviez avec votre père ?

Je craignais mon père autant que je l’aimais. Il ne m’a jamais battu ni même fait de reproches. Il y avait cependant toujours une autorité claire qui émanait de lui. À l’époque, il n’était pas rare que les parents soient distants de leurs enfants. Mais les temps changent. Pour notre génération, c’est différent. Je suis ami avec mes enfants. Nous avons un dialogue honnête et affectueux.

15Comment préparez-vous la relève ?

Aujourd’hui, je suis assisté par mon premier fils Ferruccio, qui porte le nom de son grand-père et qui est vice-président et PDG de la société. Un avenir qui n’oublie pas son passé, mais représente une source de force et d’inspiration. Ferruccio a non seulement hérité du nom de son grand-père, mais aussi de sa passion pour les motos et la grande vitesse. Depuis son plus jeune âge, il est pilote de moto.

16Que représente pour vous le Musée de Ferruccio Lamborghini ?

En 1995, pour honorer la mémoire de mon père, j’ai créé le musée et centre de rencontre Ferruccio Lamborghini à Dosso (Ferrare), en Italie. Tout ce que j’ai collectionné au fil des ans se trouve dans le musée. Ce dernier dont je suis le propriétaire et le conservateur, a été transféré à Argelato, à quelques kilomètres de Renazzo, le lieu de naissance de Ferruccio, et de Sant’Agata Bolognese, le terrain de jeu du Taureau.

17Vous avez fait en quelque sorte un retour aux sources avec la production de voiturettes de golf….

En 1998, après une longue expérience dans l’entreprise familiale (tracteurs, système de chauffage, composants hydrauliques), j’ai fondé la société Town Life. Elle se consacre à la production de voiturettes de golf et de chariots utilitaires, et elle est la première en Europe à utiliser des engins électriques à impact environnemental nul. La Town Life était destinée à produire des petits véhicules diesel et des voitures de ville électriques respectueuses de l’environnement.

En février 2017, mon fils a personnellement lancé un nouveau projet enthousiaste pour la renaissance de Townlife et Iso, deux marques automobiles italiennes, en lançant son premier scooter électrique en septembre 2017. En 2018, il a été nommé membre du conseil d’administration de TL International Inc, la société en joint-venture de Tonino Lamborghini S.P.A. et de Dasan Network (société mondiale de technologie informatique sud-coréenne), dans le but de créer des appareils de technologie de pointe de la marque Tonino Lamborghini.

18Biographie :

1947 : naissance à Cento (Ferrara, Italie).

1981 : création d’une nouvelle entreprise Tonino Lamborghini Style et Accessoires

1995 : création du musée et centre de rencontre Ferruccio Lamborghini

1998 : fonde la société Town Life consacrée à la production de voiturettes de golf et de chariots utilitaires électriques.