Stefan Sielaff est l’un des designers automobiles les plus en vue du secteur. Il a travaillé avec des constructeurs automobiles prestigieux tels que Bentley Motors, Volkswagen et Audi. Stefan Sielaff a plus de 25 ans dans la création d’extérieurs et d’intérieurs de voitures. Il avait développé des dessins très emblématiques. Les travaux de Sielaff ont conduit au développement de modèles de voitures très demandés dans le monde entier. Il a commencé avec une bourse d’Audi au Royal College of Art de Londres, où il a obtenu une maîtrise en design automobile. Depuis, sa touche a confirmé chemin faisant qu’il était de la trempe des meilleurs designers. Après des expériences très fécondes chez des grands constructeurs notamment Audi, Mercedes et Volkswagen, il atterrit chez Bentley en 2015.

A travers cet entretien accordé exclusivement à Gentelemen Drivers, Stefan Sielaff revient sur les débuts de sa passion pour l’automobile, les moments clés de sa carrière et nous éclaire sur sa vision du design de luxe dans le futur.

1. Pouvez-vous définir d’où vient votre passion pour les voitures?

Tout a commencé quand j’avais quatre ans devant le magasin de tabac de ma famille à Munich. Un de nos clients, un réalisateur, est arrivé dans une toute nouvelle Porsche 911. Je pouvais juste regarder par-dessus le bord de la fenêtre. Je dois dire que c’était le moment où ma passion pour les voitures a commencé. Plus tard, comme tous les passionnés de voitures, j’ai commencé à acheter des vieilles voitures bon marché, alors j’ai beaucoup appris sur la mécanique et la technique, car je devais réparer ces voitures tout le temps. Ma toute première voiture, la plus appréciée, était une Triumph Spitfire, ce qui me donnait une grande passion pour les voitures britanniques. J’ai aussi acquis de vieux Volkswagen. Je pense qu’en tant que designer automobile, il est essentiel de comprendre les voitures d’un point de vue technique.

2. Qu’est-ce qui est venu en premier pour vous, le design ou les voitures?

Quand j’étais jeune, je n’étais pas un designer de voitures classiques, je ne faisais pas de croquis de voiture à quatre ans. J’étais plus intéressé par les beaux-arts, la sculpture. Je rendais fous mes parents en travaillant avec d’énormes blocs de marbre dans leur garage quand j’avais 14 ou 15 ans. Les voitures me passionnent depuis toujours, mais je n’ai jamais pu combiner ces deux passions. Donc je n’ai commencé à y réfléchir que lorsque j’ai eu mon diplôme d’études supérieures. Je devais me demander ce que j’allais faire pour gagner ma vie. À l’époque des années 80, il n’y avait pas de formation pour le design automobile en Allemagne, alors j’ai commencé à l’étranger. J’ai eu un stage chez Audi, qui investissait beaucoup dans la formation de designers à cette époque. Ils m’ont donné une bourse d’études supérieures pour aller au Royal College of Arts de Londres et j’ai tout appris sur le design automobile. Ensuite, évidemment, j’ai commencé avec Audi et après un intermède chez Mercedes, ce fut le retour au groupe Volkswagen, alors j’ai travaillé aussi pour Lamborghini et Bugatti.

3. Quel est le processus de conception d’une Bentley?

L’équipe de designers principale est composée de 25 personnes, à savoir le design extérieur, le design intérieur, la couleur et les garnitures. Ensuite, en plus des 25 personnes, nous avons les modélisateurs de données, les modélisateurs d’argile et quelques autres éléments, ce qui fait environ 120 personnes au total. Cela reste bien évidemment largement inférieur à Volkswagen, Audi ou Mercedes, où nous parlons d’équipes d’environ 700 personnes.

Pour être honnête, plus je vieillis, plus je préfère les petites équipes car c’est avant tout un retour aux sources, et la possibilité d’avoir des échanges directs tous les jours, sans avoir à passer par email, par téléphone ou par téléphone ou réunions. J’entre dans le studio et tout le monde est là. Si un designer a une bonne idée et qu’il la présente sur un croquis de serviette, pas de problème. Mais la plupart des jeunes créateurs utilisent évidemment maintenant les médias numériques. Nous utilisons Alias pour le programme 3D. Et les imprimantes 3D sont extrêmement précises. Néanmoins, nous commençons toujours par les sketches d’idéation, un travail très artistique, puis nous passons aux étapes suivantes, un peu plus terre à terre.

Nous commençons à examiner les données, non seulement sur les murs, mais aussi avec les lunettes de réalité virtuelle. Cela nous aide parce que nous avons une impression 3D de l’extérieur. On peut regarder autour de nous, ce qui est une grande différence. Nous nous sentons assez à l’aise avec VR car il nous montre le produit immédiatement à la lumière du jour, ce qui est très important. En regardant les modèles en argile, nous n’obtenons pas les réflexions. Ensuite, on doit s’asseoir dans ce cocon que nous avons créé, et cela reste très économique et rapide avec les modèles en mousse.

4. Travaillez-vous avec l’équipe de décoration intérieure de la même manière que vous faites avec l’équipe de coloris et de garnitures, par exemple?

Eh bien, ce que j’ai fait lors de mes débuts avec Bentley a été d’intégrer les équipes de coloriste et de décorateurs d’intérieur. Nous devions nous assurer que c’était vraiment un processus où les deux débutaient au démarrage et travaillaient ensemble tous les jours.

5. Que faites-vous en termes de recherche?

En tant que designers, on regarde toujours la concurrence. Mais d’un autre côté, nous examinons également notre patrimoine. Lorsque nous parlons de la nouvelle Continental, nous avons examiné l’héritage de la Continental R à partir de 1952. Il était très important pour nous de conserver le code génétique.

6. Combien de temps dure un processus complet du début à la fin?

Quatre années. Deux ans de travail créatif et deux ans supplémentaires pour le travail de faisabilité.

7. La Bentley Continental Gt est un modèle iconique pour la marque. Que représente pour vous la nouvelle génération de cette GT ?

Pour moi, cette voiture est une grande beauté, ce qui, bien sûr, est quelque chose de très subjectif. Mais cela dépend aussi de mon instinct en tant que concepteur designer et conducteur, je sens immédiatement si quelque chose est correct ou non. Ce que j’ai essayé d’obtenir avec la nouvelle Continental, c’est le sentiment instinctif que cela semble juste. Pour résumer, la nouvelle voiture est vraiment élégante. Elle présente des lignes nettes en aluminium et le fantastique langage tridimensionnel de sa surface.

Mais ma caractéristique préférée de cette voiture reste l’affichage rotatif sur le tableau de bord. Nous avions eu beaucoup de discussions dans le studio de design sur les éléments du vrai luxe aujourd’hui, et l’une des choses que nous avons décidées est que les gens aiment vraiment pouvoir se déconnecter de la surcharge numérique. Ainsi, alors que la Continental GT dispose de toutes les dernières technologies qu’on pourrait associer à une voiture de luxe, et qu’une grande partie de celle-ci est accessible via un affichage à l’écran de 12,3 pouces sur le tableau de bord, il peut arriver que l’on ne souhaite pas l’avoir face à nous. Le client a peut-être fait une journée de 14 heures et rentre chez lui sur un itinéraire qu’il connait bien et il veut juste activer la musique et se détendre… Dans ce cas, en appuyant sur un bouton, l’écran tourne et il est remplacé par un tableau de bord en bois avec trois simples horloges. C’est comme une cure de désintoxication numérique.

Ce que j’ai compris, lorsque nous avons présenté le nouveau modèle à nos clients, c’est que cette option de suppression de l’écran a été interprétée comme un peu de magie. Cela leur donne presque un moment mystique.

8. Quelles sont vos inspirations architecturales et de conception non automobiles?

Beaucoup de choses commencent par les beaux-arts. La mode est aussi toujours importante. Mais, l’effet de la mode est plus percutant et immédiat sur la société parce que c’est tellement plus rapide. Tous les six mois, vous sentez donc beaucoup de tendances dans cette société à travers la mode. Mais nous nous sommes aussi inspirés des projets à long terme comme l’architecture, incarnés par des artistes tels que Norman Foster ou Renzo Piano.

9. Quel regard portez-vous sur l’avenir du design de luxe?

L’avenir du design de luxe est plutôt complexe car les clients font preuve de nouvelles exigences. Nous ne pouvons pas parler uniquement d’un extérieur sculptural et d’un intérieur fonctionnel. Nous devons intégrer les nouvelles technologies. Je crois fermement que le design et l’esthétique ne peuvent être que plus avancés avec une contribution importante de la technologie. La digitalisation et la révolution numérique ont tout révolutionné et l’automobile ne fait pas l’exception. Mais heureusement qu’il y a aussi cette demande pour quelque chose de fait à la main, quelque chose d’humain, qui a une âme, une sorte de savoir-faire artisanal qui représente un amour du détail. Et chez Bentley, nous sommes très bien placés pour continuer à faire ce genre de choses. Mais à la fin, il faut atteindre une sorte d’équilibre du numérique avec l’artisanat et ce que nous faisons si bien.

10. Mais peut-être que la tendance future est la domination de la technologie. Ne le croyez-vous pas ?

Je suis allemand et je viens de l’école de design du Bauhaus. Pour moi, la technologie est une opportunité car tout en proposant moins de fonctionnalités, elle peut offrir plus de services. Par exemple, une voiture devient presque comme un majordome virtuel. Auparavant, un bon majordome savait ce que vous vouliez avant de savoir que vous le vouliez vous-même; C’est un service parfait. Ainsi, la prochaine étape en matière de luxe et de service et de technique parfaits dans une voiture de luxe haut de gamme est que la voiture sait mieux que vous quand allumer les lumières, par exemple, lorsqu’un tunnel est devant vous. Il y a des capteurs et des caméras à bord, alors pourquoi devrais-je allumer la lumière? Je n’ai même plus besoin de l’interrupteur. La technologie signifie que je peux m’en débarrasser, ce n’est qu’un dérangement. La technologie et l’ingénierie ne conduisent donc pas toujours à la surexploitation.

11. Selon vous dans quel sens se dirigent les tendances automobiles que ce soit en termes de design ou d’utilisation des voitures?

La société évolue. Je pense que dans les vingt prochaines années, l’industrie automobile connaîtra des changements sismiques. Les trois quarts de la population humaine vont vivre dans des mégalopoles, le flux de trafic doit donc être différent. Dans ces mégalopoles, nous allons perdre une relation très personnelle consistant à conduire sa propre voiture. Je pense que c’est plus qu’une question de véhicules autonomes en mouvement, et qu’il faudra disposer de renseignements précis sur les conditions du trafic pour maintenir la circulation. Je suis également convaincu qu’il y aura des véhicules de luxe, mais il faudra peut-être redéfinir ce que le luxe signifie. Le luxe pourrait signifier appartenir à un club exclusif qui a accès à une voie rapide, le temps étant le bien le plus précieux. À la campagne, à la montagne, vous pourrez peut-être vivre cette expérience personnelle de liberté dans votre voiture, mais cela changera dans les mégalopoles.

12. Comment cela se traduira-t-il dans le design à venir que nous pourrions voir chez Bentley?

Eh bien, par exemple, une des caractéristiques typiques de Bentley est le long moteur longitudinal. Mais en avons-nous besoin dans le futur? Personnellement, je ne le pense pas. Je pense que nous pouvons exprimer une Bentley en modifiant un peu les critères de conception mais aussi en montrant au même moment qu’il s’agit d’une architecture différente, d’un produit différent. Je pense que nous devrions différencier le monde de la combustion du monde électrique. Et cela a à voir avec les proportions et ensuite les détails.

13. Le prochain véhicule électrique de Bentley sera basé sur une toute nouvelle architecture. Cela libère-t-il l’approche et les techniques du design?

Personnellement, je pense que pour changer de paradigme, il ne peut s’agir d’une architecture existante, car ce ne serait alors que la moitié de l’histoire. Il faut une révolution totale. Dans ce cas, il faut suivre la fonction, ou l’innovation technologique, et ensuite faire une déclaration de conception fantastique. Cela libère, mais cela doit nous rendre également très prudent car nous ne pouvons pas endommager la marque. Ça doit être une Bentley à la fin.

14. Sinon, comment l’avenir de la conception des voitures haut de gamme pourrait-il changer?

À long terme, je ne pense pas que nous aurons besoin de toutes ces formes élégantes et aérodynamiques. Comme vous le savez, l’aérodynamisme n’est nécessaire qu’à partir d’une certaine vitesse. Et cela a à voir avec la consommation. La question est de savoir à quelle vitesse allons-nous conduire ou serons-nous conduits à l’avenir? Cela pourrait signifier un changement dramatique. Nous sommes un peu plus philosophiques sur le sujet, mais cela pourrait signifier que la ligne extérieure n’aura plus autant d’importance que par le passé. Pas comme aujourd’hui, où il faut tomber amoureux du design. Il pourrait aussi y avoir des raisons sociales pour montrer le luxe à l’intérieur plutôt qu’à l’extérieur. C’est difficile à dire. Et cela peut se produire, encore une fois, très rapidement, surtout avec le changement de la société.

15. Quelles voitures avez-vous dans votre garage ?

Je possède une Porsche 356A de 1958. J’aime beaucoup sa forme très pure. J’ai aussi une Morgan 4/4 et une Aston Martin Vantage DBS de 1968. J’aimerais bien posséder une Bentley Continental Mulliner R, mais cela dépasse légèrement mon budget.

16. Biographie

1962: naissance à Munich.

1988: diplômé de l’université des sciences appliquées de Munich en design industriel.

1990: Obtention d’un master en design au Royal College of Art in London, suite à une bourse d’AUDI AG.

1990: début de carrière professionnelle chez AUDI AG à Ingolstadt, dans le domaine du design intérieur.

1993: passage chez Audi Design Centre à Munich, où il a travaillé dans le domaine du design intérieur chez Audi et VW.

1997: nommé responsable du design intérieur chez Audi.

2003: Passage chez DaimlerChrysler AG en tant que directeur du design intérieur

2006: reprend son poste du designer en chef de la branche Audi incluant Seat mais aussi Lamborghini.

2015 : arrivée chez Bentley en tant que directeur du design après le départ de Luc Donckerwolke.