Fils de maréchal, Rachid Mezian n’a paradoxalement pas baigné dans les voitures dans son enfance. Cependant, fort de son tempérament de battant, il a pu se constituer une belle collection de véhicules anciens. Son point fort, c’est sa détermination à vivre sa passion vaille que vaille. Son travail de chirurgien plasticien l’a aidé à avoir plus de sensibilité et de dextérité dans la restauration de ses voitures. Si aujourd’hui, Rachid Mezian a une préférence pour les automobiles modernes, il n’en conserve pas moins jalousement quelques modèles, qui continuent à le lier à son passé de passionné invétéré.

Gentlemen Drivers Magazine : Vous êtes fils de maréchal. Avez-vous baigné dans les voitures depuis votre enfance ?

Rachid Mezian : Pas du tout. Je suis né en 1945, après la guerre. Je me rappelle qu’à cette époque, qu’il n’y avait pas grand-chose, tant au Maroc central que dans le nord, colonisé par les Espagnols. Tout ce qui existait, c’était de vieilles voitures qu’on réparait tout le temps. Il s’agissait essentiellement d’anciennes voitures américaines réparées par l’armée espagnole, notamment des Lincoln et des Packard des années quarante. Durant cette période, la première voiture moderne que j’ai pu découvrir, c’était une Cadillac, affectée à mon père en tant que voiture de fonction, lorsque nous résidions aux Îles Canaries. C’était pour moi un évènement exceptionnel de monter dans une automobile aussi sophistiquée, par rapport à celles que j’avais l’habitude de croiser dans les rues. Je me rappelle qu’un jour mon père a pris la Cadillac pour aller à l’Opéra avec ma mère et à cause d’un court-circuit, ils sont restés bloqués à l’intérieur. Tout était électrique dans cette voiture. Ils ont dû casser la vitre pour sortir (rires…). Suite à cette aventure, mon père a décidé de ne plus l’utiliser.

Et votre première voiture ?

J’ai acheté ma première voiture dans les années soixante à la ferraille, parce que je n’avais pas assez d’argent pour m’acheter une belle voiture. C’était une Simca 5, une franco-italienne conçue par Fiat et produite par les constructeurs Simca et Fiat de 1936 à 1949. Je l’ai achetée à l’époque pour 700 DH. Cette voiture consommait beaucoup d’huile, parce qu’elle était vieille. Je m’amusais à lui mettre des arcs voltaïques sur les bougies. Quand je la démarrais, cela créait une traînée lumineuse et faisait un bruit amusant, mais c’était dangereux, parce que le moteur risquait de prendre feu. À l’époque, ma passion commençait à prendre de l’ampleur et donc, j’avais des rêves plein la tête, mais malheureusement les voitures étaient très chères au Maroc.

Du coup, je me suis tourné vers des bagnoles en très mauvais état, pour les refaire. Ce travail de restauration pouvait me prendre d’un à deux ans. C’est ainsi que moi-même, ainsi que plusieurs autres passionnés de ma génération sommes devenus des collectionneurs. Cette passion n’était sans doute pas à la portée de tout le monde, parce qu’elle nécessitait de solides moyens financiers ? Au contraire, cette passion était accessible, vu que le prix des vieilles voitures à l’époque était très raisonnable. En tout cas, elles étaient beaucoup moins chères qu’à l’étranger. En faisant le tour des ferrailles et des fermes, on pouvait facilement dénicher des voitures intéressantes. Parfois, on se faisait aider par des personnes qui étaient au courant de notre passion et nous mettaient ainsi sur la piste de voitures rares. Il s’agissait, entre autres, de la 300 SL, dont l’acquisition m’a demandé vingt ans de patience, pour la simple raison que son propriétaire refusait de me la vendre. Je voulais tellement la réserver pour moi que lorsque des personnes venaient m’en parler, je leur disais qu’elle avait déjà été vendue (rires…). Un jour, le propriétaire est venu me voir et m’a demandé si je voulais toujours de cette voiture, parce que personne ne pouvait plus la réparer et que ses enfants n’en voulaient pas. Je lui ai répondu que je ne savais pas si je pouvais la prendre, car elle était en très mauvais état. Finalement, je l’ai achetée et avec patience, j’ai pu récupérer les pièces. Pour la restaurer dans les règles de l’art, j’ai récemment fait appel à l’expertise de la maison espagnole Cochellas, spécialisée dans la restauration des Mercedes. D’ailleurs, je ne connais personne au Maroc qui puisse la réparer, à part Omar Damouh, que l’on surnomme le boîteux. Comme je suis un grand passionné de Mercedes, j’ai acquis une 300 SL à portes papillon, mais je m’en suis rapidement séparé, parce qu’il faisait tellement chaud à l’intérieur qu’il fallait ouvrir les portes en roulant. Elle n’était de toute évidence pas faite pour des climats chauds, comme celui du Maroc.

Biographie
1945 naissance à Larache ;
1969 diplôme docteur en médecine et chirurgie à l’Université de Madrid ;
1971-1973 chirurgien résidant à la clinique Ivo Pitanguy à Rio de Janeiro ;
1973 diplôme en chirurgie Plastique et Reconstructrice au PUC à Rio de Janiero ;
1973-1975 service civile à l’hôpital Averroes à Casablanca ;
1975-1978 cabinet privé à Madrid ;
1979-1981 polyclinique des électriciens ;
1981-2000 chef du service des grands brûlés et chirurgie réparatrice
de la clinique Derb Ghallef ;
Depuis Janvier 2001 Pratique privée en chirurgie plastique et esthétique à Anfa
Aesthetic Clinic ;

Vous rappelez-vous de votre première voiture de collection? Était-ce également une Mercedes ?

La première était une Porsche 356 A, de 1953, achetée à la femme du docteur Kari. J’ai travaillé dessus pendant plusieurs années, car elle était pourrie de tous les côtés. Elle était de couleur bleu ciel et elle n’avait pas de freins. J’ai changé la batterie 6V pour une à 12V pour avoir plus de punch. Durant cette période, j’ai connu Omar Bekkari, qui avait également des Porsche et c’est ainsi que nous avons commencé à échanger des pièces. J’avais également une Jaguar V12 E Type , que j’avais emmenée à l’usine à Coventry, pour la refaire complètement. Je l’avais achetée en Angleterre et ils m’ont changé la conduite et tout l’intérieur qui était bleu en blanc. La voiture était tellement basse que je tapais dans les dos d’âne. Ce n’était pas une voiture faite pour les routes marocaines de l’époque. Bien que c’était une voiture qui m’était très chère, j’ai dû m’en séparer, parce que j’avais besoin d’argent pour finir ma maison. C’est durant cette période que je suis allé un jour à Tétouan. Les Bennett, qui étaient propriétaires de la maison Mercedes, m’ont contacté parce qu’ils vendaient leur stock de pièces. J’ai acheté tout le stock, qui m’a servi par la suite sur ma 300 SL. J’y ai également dégoté des feux arrières de Cadillac, qui ont par la suite servi à Hervé Arnon. Comme les Bennett étaient mes amis intimes, ils m’ont fait cadeau de l’Austin Seven qui était fabriquée en bois et en tissu. L’Angleterre était alors en guerre et il était donc impossible de la restaurer là-bas. Heureusement, que j’ai rencontré des spécialistes dans la réparation des avions à l’aéroport d’Anfa. Ils connaissaient la technique et m’ont aidé à lui rendre son lustre d’antan. In fine, l’Austin a été donc totalement refaite au Maroc. Il n’y a que le tissu, qui était une sorte de sky très spécial, que j’ai fait venir d’Angleterre. Le moteur, c’est Omar Damouh qui l’a monté et l’a mis en marche Après l’achèvement des travaux, je l’ai présentée à un concours d’élégance dont j’ai remporté le premier prix. C’est une voiture très spéciale, de 1910.

J’avais aussi acheté une Mercedes 190 SL à Casablanca, qui appartenait à la patronne du Night Club la Notte. Elle était dans un sale état et son moteur était complètement esquinté. Pour la refaire, j’ai récupéré un moteur neuf à la ferraille. Il m’arrivait également de trouver des voitures intéressantes à Rabat et à Casablanca, parmi celles vendues par le Palais à la ferraille. Il s’agissait le plus souvent d’américaines. Je m’intéressais également aux motos et je n’hésitais pas à en acheter quand j’en avais l’occasion. C’est ainsi, que j’ai acheté un lot d’une trentaine de motos de police (Harley Davidson et BMW). Il me faut dire cependant que j’étais plutôt porschiste et que j’aimais les voitures allemandes et beaucoup moins les américaines.

Donc, vous n’avez que des Porsche et des Mercedes dans votre collection…

Non, puisque j’y compte également des anglaises. Ainsi, j’ai acquis une Jaguar XK 140 à Rabat. J’ai également acheté une Bentley qui appartenait à un artiste français très connu et avec laquelle il avait fait un accident grave au Maroc. La voiture a été confisquée et achetée par le Palais Tazi. Elle était loin d’être une aubaine, puisque je n’ai jamais réussi à avoir ses papiers et de plus, elle avait tout l’avant endommagé. Quand j’ai pu le refaire, il a fallu acheter une nouvelle calandre, qui était très chère. Il me manquait également le carburateur et beaucoup de pièces, qui étaient cannibalisées par les copains. Finalement, je me suis résolu à la donner à Omar Bekkari. J’ai également échangé avec lui une Rolls Royce, achetée au Coficom de Tanger, contre une Thunderbird.

J’ai, en sus, des françaises, puisque j’ai acheté un lot de 10 Citroën DS mis en vente par l’armée. Toutes ces voitures m’ont servi à refaire la DS de mon père que j’utilise aujourd’hui parce qu’elle est très confortable. Les américaines ne manquent pas non plus à l’appel, car j’ai fait l’acquisition d’un lot de cinq Jeep Willis de l’armée pour trois mille dirhams pièce. J’ai refait trois voitures et j’en ai revendu deux.

Quel lien peut-il y avoir entre un plasticien et la restauration de voitures?

Le plaisir de réaliser quelque chose. Mais il est évidement que les approches entre la chirurgie esthétique et la restauration de voitures sont foncièrement différentes. Alors que dans la première, chaque patient est différent de l’autre, ce qui pousse le chirurgien à recourir à plusieurs techniques et parfois à les mélanger, la seconde, elle, est plus simple, puisque la démarche de restauration est la même pour toutes les voitures.

Quelles sont les voitures qui vous ont le plus marqué ?

Je suis quelqu’un qui est fasciné par les moteurs V12 et surtout par leur sonorité. D’ailleurs, j’avais une Jaguar douze cylindres qui m’enchantait beaucoup à ce niveau. La SL modèle 107 des années 80 m’a également beaucoup marqué. Cette voiture m’a accompagné durant mon séjour en Espagne. Personnellement, je reste très attaché à Mercedes et Porsche, parce que ce sont des marques très fiables. Ce sont certes des voitures qui ne sont pas trop belles, mais avec le temps, on finit par s’y habituer.

Pourquoi n’y a-t-il pas jusqu’à maintenant un cadre qui regroupe les collectionneurs ?

On a essayé de mettre en place une association, mais cela n’a pas été possible parce qu’au Maroc, les associations ne fonctionnent jamais. Les Marocains sont indépendants par nature. Alors, quand on s’associe avec une personne c’est bien, avec deux c’est déjà la pagaille et avec trois c’est la guerre (rires…). Il est vrai qu’en tant que collectionneurs, nous étions en butte à pas mal de problèmes, dont nous avons pu résoudre les plus importants. Auparavant, on achetait une voiture et on devait la refaire en trois jours pour avoir la carte grise. Ce n’était pas réaliste. On a fait du bruit. Maintenant, on demande le certificat d’immatriculation pour changer les papiers et après la restauration de la voiture, on peut passer le contrôle technique pour avoir le droit de rouler. Malheureusement, nous n’avons toujours pas l’assurance collection. Personnellement, j’ai une assurance pour chaque voiture. Cela me coûte une fortune. Donc, j’ai pensé à faire une assurance garage. Il y a également cette nouvelle disposition interdisant l’importation d’une voiture de plus de cinq ans, ce qui peut entraver l’importation des voitures anciennes.

Avez-vous déjà été tenté par le Rallye Classic ?

J’ai été invité plusieurs par la RAM, mais j’ai toujours décliné. Pas question de casser la voiture qui m’a demandé tant d’efforts pour la restaurer.

Si c’est avec la voiture de quelqu’un d’autre, pourquoi pas ?

Mais avec la mienne, non ! (rires…). Les voitures de collection ne sont pas faites pour les rallyes. Et même pour faire la route, c’est risqué.

Vous est-il arrivé de regretter une voiture que vous n’avez pas pu acheter ?

Oui, beaucoup de voitures et spécialement une Bentley décapotable. C’était dans les années 70. Son propriétaire en voulait 80.000 DH, que je n’avais pas.

N’avez-vous jamais songé à exposer vos voitures ?

J’avais l’intention de construire un musée à Casablanca

pour exposer mes voitures et pour que les autres puissent exposer les leurs. Ça n’a pas abouti. Et heureusement, car cela aurait été un gouffre financier. Il n’empêche que j’ai eu l’opportunité de parader avec ma 107 Mercedes à San Sebastian et avec la Rolls- Royce décapotable de ma soeur Meriem. Au Maroc, je ne pense pas que les perspectives soient prometteuses, puisque très peu de voitures sont en état pour concourir et en plus, il n’y a pas d’association qui puisse nous rassembler.

Comment faites-vous pour restaurer vos voitures ?

La restauration, c’est ce qui fait le charme de la collection de voitures anciennes. Et pour être un vrai collectionneur, il faut réhabiliter ses voitures soimême ! Au départ, j’étais inexpérimenté et du coup, pour refaire mes premières voitures, je faisais appel à des tôliers, pour les décaper et refaire la peinture. Je me rappelle que quand je démontais complètement une carrosserie, elle se tordait. Par la suite, j’ai commencé à souder les portes, avant de faire le reste. Il est vrai que parfois, on se rend compte que la passion peut parfois nous emmener loin et qu’on tombe dans le déraisonnable. C’est ce constat qui m’a poussé un jour à faire une pause et à me demander ce que j’allais faire avec plus de 80 unités entre motos et voitures, surtout que ne savais plus où les mettre. L’autre problème avec les voitures de collection, c’est qu’elles demandent un entretien régulier. Ainsi, il m’arrive de travailler sur une voiture ou une moto pendant des années et après de la laisser de côté pour restaurer autre chose. Mais au bout d’une année, je m’aperçois qu’elle a besoin d’être retapée de nouveau.

Finalement, j’ai vendu l’essentiel de mes voitures et ce qui me reste se compte sur le bout des doigts. Certaines sont en état de participer à des concours, comme la Triumph, qui est un cadeau d’un ami médecin. La Mercedes 450 SL, elle, a été complètement refaite à Madrid, mais elle m’a coûté une fortune. Aujourd’hui, il ne lui manque que les chromes que je dois refaire. S’agissant de la Mercedes 300 SL, sa restauration sera prise en charge par la maison espagnole Cochellas, spécialiste dans la réhabilitation des Mercedes. Mais je me suis déjà débrouillé pour avoir certaines pièces au Salon d’Essen en Allemagne. J’ai également une Jaguar MK I et une 300 S 6.9 qui appartenaient au palais de Rabat. D’autres voitures me serviront pour les pièces, comme le coupé 300 qui est impossible à refaire, parce que c’est à la fois compliqué et cher. Quelques-unes de ses pièces me serviront pour la 200 et la 300 SL. À l’avenir, je compte restaurer mes voitures ici, au Maroc. C’est à cette fin que j’ai démarré la construction d’un garage à Settat, qui se distingue par son micro climat sec, comme celui de Marrakech, pour y mettre toutes mes voitures, y compris les modernes. Une équipe composée de trois mécaniciens et de deux tôliers se chargera de la restauration et de l’entretien des voitures.

Article précédentHERVÉ ARNONE-DEMOY & Ahmed Kseibati
Prochain articleFayçal Doukkali & Ahmed Kseibati