Connu pour son caractère un peu «soupe au lait», mais surtout pour son sourire malin du genre de ceux à qui on ne la fait pas, aux 24 Heures du Mans, avec 22 participations. Passionné dès sa douce enfance par la compétition automobile, il démarre sa carrière de semi-professionnel dans les années 1970, avant d’écumer de nombreux circuits, des courses de côte, en passant par les 24 heures du Mans, le Super Tourisme et en finissant par le rallye Paris-Dakar. Pourtant, ce fils de quincailliers saint-lois n’était pas forcément destiné à devenir un grand pilote. Mais le virus l’a pris très vite, lui qui habitait tout près d’une course de côte reconnue : les Teurses d’Hébécrevon. Son carburant, c’est la ténacité et la pugnacité à vouloir courir à tout prix. Il aura côtoyé durant trois décennies le gratin du sport automobile et réussi à se faire un nom parmi tant de candidats et si peu d’élus. Porsche, Lola, Courage, il a piloté des bolides tous plus rapides les uns que les autres. Certains de ses souvenirs sont teintés d’émotion. Comme lorsqu’il a terminé 2e au Mans. Celui dont l’ambition était de faire “24 fois les 24 heures” avait renoncé à courir en 2000. Et c’est le kitesurf qui fera office de succédané pour assouvir cette soif d’adrénaline et de vitesse, toujours incandescente.

Dans cet entretien, Pierre Yver retrace son histoire d’amoureux de la vitesse et de la glisse et revient avec émotion sur les principales étapes qui ont émaillé son riche parcours de pilote automobile.

1Racontez-nous vos débuts dans l’automobile….

Mes parents étaient des quincailliers sur la place de Saint-Lô. J’ai beaucoup de souvenirs d’enfance, mais particulièrement de mes vacances en famille, quand mon père nous embarquait dans la Simca Trianon tractant une caravane, à la conquête des volcans d’Auvergne. La rudesse des côtes venait à bout du souffle du petit moulin de la berline, au point que nous étions obligés de descendre de la voiture pour que mon père puisse relancer la machine.

J’ai manifesté très tôt un grand intérêt pour l’automobile, un penchant qui se confirma quand je me mis à dévorer les histoires du jeune Michel Vaillant. Au fil du temps, une idée commença à germer dans ma tête : devenir pilote automobile !

À l’âge de 10 ans, je me suis mis en quête de construire un kart. Le soir, je me dirigeais vers l’atelier de mon père et m’occupais à découper et à souder les tubes pour donner forme au châssis et j’utilisais les roues de brouette en guise de liaisons au sol. Enfin, j’ai déniché un moteur de moto pour propulser mon engin, qui m’a permis de goûter aux premières joies du pilotage, sur la place centrale de Saint-Lô.

2Vous souvenez-vous de votre première voiture ?

 

Au milieu de l’année 1965, après l’obtention de mon brevet, j’ai investi l’argent économisé de mes jobs d’été dans l’achat de ma première voiture. C’était la Mini Austin 850 de ma mère, qui me l’a vendue à des conditions très favorables.

Un jour j’ai décidé de me mettre le pied à l’étrier en sport automobile. L’occasion ne tarda pas à se présenter, suite à l’organisation d’un slalom non loin de chez moi, le gymkhana de Tessy sur Vire. Ce fut une première expérience très concluante, puisque je remportai ma classe haut la main. Inutile de préciser que le désir de pratiquer la compétition automobile n’en fut que plus accentué.

Après l’obtention de mon bac, doublé d’un CAP en mécanique automobile, je dégotai un job de technicien dans un garage Citroën à Paris.  Mais ce fut une courte aventure, ayant été vite dépaysé par le climat pesant de la capitale. En réfléchissant, je me suis rendu compte que je ne n’étais pas très attiré par la réparation automobile et que ce qui m’obsédait dans ce milieu, c’était la course automobile.

Par la suite, je vendis la Mini au profit d’un véhicule plus sportif, à savoir la fameuse Renault Gordini 1100, avec laquelle je n’ai participé à aucune épreuve officielle, mais qui a sillonné toutes les routes sinueuses du centre de la Manche.

Début 1967, je me séparai de ma Gordini, car je fus appelé sous les drapeaux et c’est une Citroën 2 CV qui me tiendra compagnie durant mes 18 mois de service militaire. Je dois reconnaître que je n’ai jamais conduit aussi dangereusement qu’avec elle, car j’étais toujours en retard pour les retours à la caserne.

3Et qu’en est-il de vos débuts en compétition automobile ?

Dès mon retour du service militaire, je me suis acheté une autre R8 Gordini et je débutai dans  la compétition, en me joignant à l’équipe caennaise Léopard, qui comptait dans ses rangs des pilotes prometteurs, dont un certain Hervé Poulain.

Ma première course fut un fiasco, car oubliant de changer mes jantes larges, je me retrouvai embarqué malgré moi dans la Classe 2, qui est réservée aux voitures préparées à des motorisations plus puissantes. Cette expérience m’obligea à mettre un peu d’eau dans mon vin, en me contentant de passer cette première année à apprendre davantage le métier de pilote. Course après course, les résultats se firent meilleurs, en partie grâce aux bons conseils d’Hervé Poulain.

En 1970, je décidai de goûter aux joies du pilotage sur un vrai circuit et m’engageai dans la coupe Gordini sur le circuit Bugatti, situé au Mans. Je terminai deuxième de ma classe, mais malheureusement, je fus déclassé pour cause de non-conformité de ma voiture. En cherchant à connaître la cause de cette décision, je fus surpris d’apprendre qu’une banale patte d’alternateur non d’origine (appartenant à une R16) était le motif pour lequel je fus exclu. Frustré mais pas vaincu, je décidai de continuer la course automobile, même si mon père, pourtant passionné, ne voyait pas les courses d’un très bon œil. Le bilan de la saison fut positif et les succès sur les courses de côtes se succédèrent, au point où j’arrivai à gagner autant d’oseille en course qu’en travaillant avec mon père. C’était le début du professionnalisme.

Désirant monter en puissance, je nourris le désir d’acheter une Alpine 1600, mais faute de budget, je me résignai à construire moi-même ma propre voiture. Avec l’aide de mon mécanicien, je dénichai un châssis «Macardier» d’occasion et y logeai un moteur neuf d’Alpine. La voiture ne tarda pas à montrer tout son potentiel et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, les annonceurs (Primagaz, Jacob Delafon…) ont afflué et m’ont soutenu financièrement.

Mes débuts avec ma nouvelle voiture de course étaient de très bon augure, mais ma première victoire de groupe fut sur l’épreuve vendéenne de Montaigu, où j’ai réussi à surclasser des Porsche Carrera 6 et autres 908, excusez du peu ! La saison se termina sur une note positive, mais j’ai toujours le regret de n’avoir pas concouru dans le Groupe 4, réservé aux prestigieuses Alpines.

4Comment avez-vous opéré le virage vers la monoplace ?

Après tant de courses et de succès, je commençai à avoir des visées sur la monoplace et plus particulièrement la Formule Renault, mais faute de moyens, je me résignai à m’inscrire à l’école de pilotage de l’ACO, avec la ferme intention d’y décrocher le fameux volant Shell. Pour m’habituer au pilotage de monoplaces, j’acquis une Martini Mk4 vieille de deux ans. Au bout de plusieurs mois d’efforts et de sacrifices, je réalisai finalement mon rêve, en décrochant le très convoité Volant Elf ACO.

5Dans quelle mesure l’obtention du Volant Shell fut pour vous un vrai tremplin pour la suite ?

Pour disputer la saison de Formule Renault 1973, Shell et ACO mirent à ma disposition un châssis Martini MK11, propulsé par un moteur R12 Gordini. Parallèlement, le groupe Primagaz me confia la gestion de la concession de Saint-Lô. La concurrence était rude et la sélection impitoyable. Pour bien figurer au niveau du classement, j’ai dû aller au-delà de mes limites. Globalement, je réussis à figurer au milieu du classement (Albi 11e, Nivelles en Belgique 14e et Nogaro 13e). Mais grande fut ma déception quand j’appris lors de l’avant-dernière course de l’année que Shell avait mis un terme à sa collaboration avec l’Automobile Club de l’Ouest.

L’année suivante, je cassai ma tirelire et m’offris la coqueluche du championnat, la dernière Martini Mk14. Mais je restai à la recherche d’un bon mécanicien, que je trouvai finalement au sein même de l’entreprise familiale. Grâce à mes bons résultats de début d’année, je réussis à intégrer l’écurie UFP-Targa. Je continuai sur ma lancée en me retrouvant au milieu du classement, jusqu’au circuit de Karland-Miréval, où je pus pour la première fois goûter aux joies du podium, en me classant troisième.

6Quel bilan faites-vous de votre participation en Formule Renault Europe ?

En 1975, je participai à la Formule Renault Europe, ce qui signifia pour moi le passage à un niveau supérieur, mais avec encore une fois de gros sacrifices financiers, à cause de mon départ de l’équipe UFP-Targa. Ce fut une saison sans relief particulier, mais qui me permit quand même de vivre de très belles sensations et un plaisir de pilotage encore inconnu pour moi. À la fin de la saison, j’ai dû raccrocher provisoirement mon casque, faute de budget.

Croyant en avoir terminé avec ma carrière de pilote suite à une année 1976 sabbatique forcée, je retrouvai le bonheur du pilotage au gré d’une rencontre hasardeuse avec un pilote en herbe qui m’a proposé un baquet pour des courses de rallye. Quoiqu’elle fût éphémère, cette collaboration me redonna envie de reprendre le volant.

7Comment vous êtes-vous orienté vers les 24 heures du Mans ?

Ce fut à l’occasion d’une course des 24 H du Mans, où j’étais simple spectateur. J’y rencontrai par hasard une vieille connaissance, Michel Elkoubi, qui me fit part de son intention de s’engager l’année suivante dans cette superbe aventure et il me proposa de m’associer avec lui. Grâce à quelques sponsors, Michel fit l’acquisition d’une Lola de 265 ch que nous engageâmes en Groupe VI. Une étoile montante en la personne de Philippe Streiff se joindra par la suite à nous. C’est un vieux rêve de gosse qui s’est finalement concrétisé, même si le résultat final de cette première participation était loin d’être escompté. Pour ma deuxième participation à la course mancelle, je restai toujours fidèle à mon ami Michel et cette fois, nous choisissons comme troisième pilote Max Cohen Olivar. Entre temps, je participai aux 24 heures du Paul Ricard, aux côtés de Jean Louis Trintignant, acteur au sommet de son art et pilote rapide.

Pour revenir à ma deuxième participation au Mans, elle fut ternie pars des soucis mécaniques et la pluie n’arrangeant rien à l’affaire, l’espoir de remporter la victoire du groupe s’est évanoui rapidement. Pour la seconde fois, la ligne d’arrivée est franchie, avec à la clef une place de 21e au classement général et le podium, avec une 3e place du groupe.

En 1980, je reçus l’appui financier salutaire de Primagaz, me permettant de participer pour la troisième année consécutive à la course mancelle, même si cette dernière se solda par un abandon. J’intégrai en 1986 l’écurie allemande Obermaier. En 1987, à bord de ma Porsche 962 prototype, je décrochai la deuxième place des 24 Heures du Mans, avec mes coéquipiers Jürgen Lässig et Bernard de Dryver.

8Comment avez-vous vécu ce triomphe ?

Le podium et la marée humaine qui l’encercle sont des souvenirs gravés à jamais dans ma mémoire. Je revis ce moment avec beaucoup d’émotion à chaque édition et avec autant d’intensité qu’au départ ! Seule cette course provoque chez moi autant d’enthousiasme, parce que c’est la plus belle et que nous aurions pu la gagner.

9Que pouvez-vous nous dire sur le pilotage au Mans ?

Le pilotage est différent de la monoplace ou du rallye et il exige beaucoup d’endurance et un physique très solide. Conduire la nuit au Mans sous la pluie ne génère aucun plaisir, car s’envoyer les Hunaudières à fond derrière les autres concurrents eux aussi lancés à plus de 300 km/h sans avoir la moindre vision devant soi, cela relève à mon sens du plus pur masochisme. Par ailleurs, ayant eu la malchance de me retrouver un jour au bord de la piste, au beau milieu de cette immense ligne droite des Hunaudières, m’a fait prendre conscience de la vitesse de passage des voitures sur ce tronçon où le pilote doit rester à fond du début à la fin, tout en contre-braquant légèrement dans la courbe. Parcourir 100 mètres parc seconde c’est «très très vite» !

10Et quid du Paris-Dakar ?

Durant l’automne 1983, je rencontrai Pascal Thomasse, pilote qui disputait des rallyes au volant de sa Renault 5 Turbo Maxi. Il me fit part de son projet de prendre le départ du prochain Paris-Dakar. Toujours à l’affût de nouveaux défis, je lui proposai de l’accompagner pour prendre le départ du Dakar 1984. Nous sommes arrivés sur cette épreuve devenue mythique avec beaucoup d’humilité, surtout en ce qui me concerne, car je ne possédais qu’une piètre expérience de la discipline, étant déjà catalogué comme «pistard». Mais malgré des ennuis mécaniques à répétition, nous nous sommes classés à une superbe 12e place. De quoi me donner l’envie de retenter une deuxième aventure dans le désert africain. Ce fut le cas l’année suivante, où malheureusement cette expérience s’est soldée par un abandon. Et bis repetita en 1987, où j’avais pour copilote le légendaire coureur cycliste Jacques Anquetil. Seule consolation, une présence médiatique exceptionnelle, à laquelle je n’étais pas habitué.  Et après un intermède en 1988, je me lançai à nouveau dans l’aventure, à bord d’un Nissan Terrano, qui ne parviendra non plus à rallier l’arrivée !

11Quelles sont les contraintes du pilotage, au Paris-Dakar ?

Les étapes étaient beaucoup plus longues que maintenant, le moindre faux pas mécanique ou de navigation, nous entraînait irrémédiablement dans une spirale infernale : arrivée tardive, réparation sans assistance, peu ou pas de sommeil…ce qui augmentait la fatigue…

12Vous faisiez également de la course motonautique…

J’ai participé à plusieurs courses des 24 Heures motonautiques de Rouen. Ces dernières constituent le plus grand évènement d’endurance motonautique au monde. Les meilleurs compétiteurs de plus de 20 nations viennent s’affronter au cœur de la Ville de Rouen, autour de l’île Lacroix, qui devient le temps des 24Heures de Rouen, la capitale du motonautisme. En 1985, j’ai participé à ma dernière course. Les nouveaux règlements favorisaient les catamarans, ce qui occasionnera par la suite de nombreux accidents, dont certains mortels. Jugeant que cette discipline était devenue trop dangereuse, je préférai m’éclipser et fermer la parenthèse.

13Pouvez-vous nous raconter quelques anecdotes, qui vont ont marqué ?

D’autres sont spectaculaires, comme cette fois où j’ai failli percuter un commissaire de course. D’autres encore sont plus drôles. Comme lors d’une parade en centre-ville du Mans, pour les 24 Heures de 1995, où j’entamais ma dix-huitième participation. Je commençais à jouir d’une certaine popularité, mais mes nombreuses admiratrices avaient pris de l’âge. C’est en tout cas ce que m’on fait remarquer mes coéquipiers, saisis d’une certaine jalousie, et qui ne manquaient pas d’insister sur mon succès auprès des ménagères de plus de 50 ans. Mais peu importe, la notoriété était là et j’en profitais!

Sur ma deuxième participation au Dakar en 1985, j’ai également vécu une drôle de mésaventure, quand deux assaillants nous ont confisqué nos passeports et c’est une bonne bouteille de Calvados qui a convaincu les agresseurs de nous restituer nos précieux sésames (rires…).

14Après votre retraite, vous avez repris la compétition….

J’ai repris la course en 2010, quand le fils de mon meilleur ami, Arnaud Chouraki, m’a invité à courir avec lui au Mans en relais, à l’occasion d’une finale de race car. J’ai terminé 16e sur 24. C’était surtout une course symbolique et un plaisir d’être avec Arnaud. L’année suivante, les résultats progressèrent, avec une douzième place bien méritée. Je garde un très bon souvenir de cette course atypique, avec entre les mains un gros kart dont il faut dompter la puissance de 450 ch pour 1.100 kg.

15Vos hobbies ?

Retiré des circuits depuis 1999, deux ou trois courses pour le plaisir mis à part, j’ai pris mes quartiers depuis quelques années sur la côte coutançaise. C’est là que je pouvais m’adonner à deux passions : des maquettes d’automobile, dont des répliques grandeur nature en bois de voitures que j’ai pilotées. Mais aussi le kitesurf. Une vraie drogue.

16Avez-vous trouvé dans le kitesurf un prolongement des sensations éprouvées au volant des bolides de course ?

J’ai quitté le monde de la course automobile en 2000 et je devais trouver un palliatif. La course et l’addiction à la compétition m’ont ainsi poussé à trouver un sport apte à générer des poussées d’adrénaline qui allaient assurément me manquer. Entouré d’amis de mon âge, je me suis retrouvé sur un practice de golf avec, je l’avoue, peu de conviction, si ce n’est de vouloir expédier la balle le plus loin possible. Ce ne fut pas concluant, mais j’avoue que ce sport demande calme et concentration et je n’y étais pas préparé.

Le kitesurf fit alors son apparition. La mer a toujours été depuis mon enfance mon deuxième élément. J’y ai pratiqué le ski nautique, le bateau, la planche à voile et j’avoue ne pas pouvoir m’en passer. Voilà donc ce nouveau sport plein de promesses et d’émotions. Sport individuel bien sûr, ce qui correspond à mon caractère, mais qui malgré tout entraîne un regroupement de pratiquants et la formation d’un groupe d’amis, dont j’avais besoin en cette période, la plus difficile de ma vie. Les débuts étaient un peu laborieux, car à cette époque, il n’y avait pas de moniteur ni de cours vous enseignant les rudiments de la discipline, qui avouons-le, présente un certain nombre de risques …L’apprentissage se fait sur le tas, aux risques et périls du débutant. Quelques visites au service des urgences locales et les progrès laissent apparaître un bel avenir dans ce sport, au point de devenir une véritable addiction.

Ce qui a tout changé, c’est l’apparition d’un petit système, sorte de balise collée sur la planche, nous permettant de mesurer chaque saut effectué lors de nos navigations. Voilà un truc qui va enfin relancer la compétition ! J’ai eu la chance de rencontrer un autre grand compétiteur, ancien champion de tennis, lui aussi en mal de compétition. Il a 30 ans de moins que moi, mais qu’importe, nous pouvons lancer le match, qui a lieu à chaque sortie. Peu importe le temps, la température, pourvu que le vent souffle le plus fort possible. Nous nous retrouvons avec un autre groupe d’amis, issus eux aussi de la compétition moto, karting …Certains sont parmi les meilleurs kitesurfers en France.  Il va sans dire que je vis avec les fils de mes amis, qui eux, en sont restés au golf ! Les sorties s’enchaînent même par 5 degrés au mois de février. La fameuse balise enregistre les sauts et un classement français et mondial est établi chaque jour. 28.000 participants se disputent les premières places.

À 70 ans, je me suis battu comme un gamin pour décrocher enfin le record du monde des plus de 65 ans, avec un saut en hauteur de 17 m. À 73 ans, je ne veux malgré tout pas m’arrêter à ce score et la barre des 20 m me fait encore rêver. Il faut pour cela s’appliquer et continuer à s’entraîner toute l’année. Je reçois de nombreux messages d’encouragement et c’est génial, car d’un autre côté je les booste, ces petits jeunes, en leur disant qu’ils ont un paquet d’années devant eux pour naviguer !

Le spectre de la vitesse ne m’a pas quitté et quand les conditions le permettent, j’embarque avec moi un GPS pour mesurer les pointes : parfois, je me retrouve à 45,7 nœuds, soit 85 km/h en vitesse instantanée. Je viens de dessiner une nouvelle planche pour améliorer ce record, car là aussi, les plus de 65 ans sont très loin derrière et je commence même à venir titiller les plus jeunes de la spécialité.

 

17Biographie :

1947 : naissance à Saint-Lô (Manche)

1972 : débute à l’école de pilotage du Mans, dont il remporte le volant Shell

1975 : participe à la Formule Renault Europe

1978 : première course aux 24 heures du Mans avec le Team Pronuptia

1984 : participe à son premier Paris-Dakar

1986 : intègre le team Kremer Racing au volant d’une Porsche 956

1987 : réalise sa meilleure performance au Mans, en terminant deuxième sur la Porsche 962C de l’équipe Primagaz Compétition

2017 : bat le record du monde de Kitesurf dans la catégorie Seniors (+ de 70 ans).

Article précédentDonald Osborne