Giles Taylor a découvert sa passion pour l’automobile et le mouvement en général à un âge très précoce. Son père y est pour beaucoup, puisqu’il l’emmenait souvent assister à des courses de voitures classiques. C’était donc une évidence pour lui de devenir designer et pour cela il a d’abord étudié le design des transports à Coventry Polytechnique, avant de rejoindre le prestigieux Royal College of Art de Londres. Gilles Taylor a commencé sa carrière chez Citroën Peugeot, avant de rejoindre Jaguar, où il a travaillé sous la supervision de Ian Callum sur la XJ et la XK. Il a rejoint Rolls-Royce en 2011, en tant que Head of Exterior Design, avant de prendre la tête du design de la marque une année plus tard. S’il y a travaillé sur plusieurs modèles, il est sûr que celle qui fera le plus parler d’elle, c’est sa dernière réalisation révélée, il y a à peine quelques jours, le Culinan, premier SUV de Rolls-Royce. Son nom sera à tout jamais associé à la marque.

Cliquez pour agrandir

1Comment est née votre passion pour l’automobile ?

Ma passion pour les voitures est apparue très tôt et s’est étendue par la suite à la plupart des formes de conception et d’ingénierie automobile. Étant enfant, je me souviens avoir été fasciné par la puissance et le mouvement des grands trains à vapeur et de m’être émerveillé devant la beauté des avions à réaction. J’ai visité des expositions de voitures anciennes et des spectacles aériens avec ma famille et c’est devenu ma passion. La dynamique, le bruit et l’odeur de ces objets mécaniques ont été une expérience qui m’a servi par la suite dans ma carrière. J’ai toujours apprécié le sens du mouvement analogique perceptible, quand vous voyez comment les choses fonctionnent et recevez un retour visuel sur la façon dont les êtres humains sont impliqués dans la conduite habile ou le pilotage d’un objet en mouvement. Mon père possédait une Alvis de 2 places des années 1930 et il m’emmenait aux journées de course du VSCC (Vintage Sports-Car Club) et aux courses de côte pour regarder les Alfas, les ERA (English Racing Automobiles) et les Maserati courir dans la campagne anglaise. Je me souviens très bien à l’âge de 6 ans, avoir été impressionné par un siège rouge unique Napier, propulsé par une Bentley, qui participait à la Shelsley Walsh hillcimb, juste derrière ma maison familiale. Cette photo, c’est moi à l’âge de 6 ans dans une célèbre Frazer Nash, détenue et conduite par le pilote d’usine Archie Fane – la voiture ayant détenu le record du meilleur temps à Shelsley. Chaque année, une bande de passionnés de voitures anciennes se rassemblait chez nous, avec leurs voitures fascinantes.

Cliquez pour agrandir

2Dites-nous comment vous avez eu votre première voiture?

 

Ma première voiture était une Morris Minor – pas vraiment alimentée par la testostérone, mais qui présentaient des formes et des courbes séduisantes (du célèbre designer Sir Alec Issigonis). Elle attirait à l’époque … et était abordable, avec suffisamment d’espace pour les amis. Je suis passé ensuite à un Landrover Series 1952, avec lequel je me faufilais dans le terrain d’essai Landrover, juste derrière Malvern, dans le Worcestershire. J’aime son sens primitif de la construction, avec des proportions et une esthétique dérivées de la fonction. Il délivre la maîtrise off road et je l’ai toujours, d’ailleurs.

Cliquez pour agrandir

3Vous avez fait des études de Design au Royaume Uni ?

J’ai étudié le design des transports à Coventry Polytechnique pour mon premier diplôme en 1986 et je suis allé à la RCA (Royal College of Art) en 1990, pour ma maîtrise. J’ai trouvé les deux cours très enrichissants – Coventry m’a permis d’avoir une bonne base et le Royal College of Art m’a permis d’affiner ma passion pour le style et l’expérimentation. Mon projet de fin d’étude en 1992 était une voiture en tissu, présentant un tissu architectural à haute tension étiré sur une structure de carbone, qui pouvait être conduite avec ou sans sa peau – quelques années avant la BMW Gina.

Cliquez pour agrandir

4Parlez-nous de vos débuts chez Peugeot-Citroën

Bien que j’aie été parrainé par Ford Motor Company pendant mes études de Master à Londres, j’ai fini par rejoindre le studio Automobiles, dirigé par Art Blakeslee et profiter des délices de Paris, tout en apprenant énormément sur la sculpture en plâtre et les Dragged Sections. Mon bureau était entouré de maquettes plâtrées originales de Bertoni, qui a fait la renommée DS et de Giret, maître concepteur des Citroën CX, GS et Visa. Cette merveilleuse histoire a été très inspirante pour moi en tant que jeune designer. J’ai été très chanceux que mon premier projet de design extérieur pour le Xsara soit passé de la maquette à un modèle en taille réelle, pour être lancé en 1996. J’ai également créé le design extérieur de la C3, mais je suis parti chez Jaguar Cars avant que le projet n’atteigne le processus de raffinement du design.

Cliquez pour agrandir

5En rejoignant Jaguar, vous avez travaillé sur quels projets ?

J’ai rejoint Jaguar Cars dans leur studio de Coventry en 1997 et j’y ai travaillé sous la direction de Geoff Lawson, puis de Ian Callum en 1999. Mis à part le lifting XK8 en 2001, mon premier lancement de projet à grande échelle était l’intérieur de la XJ en 2002. Puis en tant que designer en chef pour le tout nouveau XK en aluminium, lancé en 2005. Ce fut un grand projet, qui a permis de lancer de nombreuses innovations et de nouveaux processus dans un seul espace. Nous avons terminé la voiture basée sur un concept choisi pour une livraison dans les 3 ans. À cette époque, nous étions encore sous la houlette de Ford et c’était le processus à respecter. À partir de 2007, j’ai été nommé designer en chef de la toute nouvelle Jaguar XJ, lancée en 2010. Similaire au XK, ce projet a introduit une construction monocoque nodale unique et notre approche était de créer un départ clair par rapport à la précédente XJ, avec un design plus moderne et une silhouette élégante. C’était un projet amusant de rompre le lien avec l’ancien style Jaguar.

Cliquez pour agrandir

6Comment s’est passé votre recrutement à la tête du design de Rolls-Royce ?

La possibilité de travailler pour Rolls-Royce était un rêve devenu réalité, que j’avais dans le viseur depuis un bon moment. C’est en 2010, lors du lancement de Ghost, que j’ai été impressionné par la pureté de la ligne de design et du surfaçage – ce qui a séduit mon sens de la discipline du design et de ses proportions élégantes. En rejoignant la firme en 2011, j’ai pu ressentir immédiatement la puissante histoire de la marque – le catalogue du passé est à la fois inspirant et intimidant et plus vous plongez dans l’histoire, plus vous vous enrichissez, grâce aux histoires et expériences vécues par les clients. Plus de 400 carrossiers ont contribué à cet héritage qui, aujourd’hui, nous procure, à mon équipe et à moi, une fascination infinie, alors que nous sommes en train d’écrire collectivement le prochain chapitre. Il y a certainement une responsabilité reposant sur nos épaules de designers, qui nous transcende, dans le sens du devoir de manipuler l’héritage avec la plus grande révérence.

Cliquez pour agrandir

7Comment diriez-vous que vos touches stylistiques ont impacté les modèles de la marque?

Alors que je suis à la tête de l’équipe de design pendant cette ère de transformation chez Rolls-Royce, je crois fermement que notre créativité moderne doit incarner un sentiment d’intemporalité, découlant d’une appréciation du minimalisme. Nous nous efforçons d’innover à chaque instant et, avec l’avènement de l’énergie électrique désormais intégrée dans notre vision du futur, nous concevons déjà des voitures qui seront destinées à une nouvelle génération de clients Rolls-Royce. Le concept 103 Ex Vision a représenté notre intention dans ce sens, lorsqu’il a été révélé à Londres, en 2016. S’il y a bien un aspect qui relie les modèles Rolls-Royce au fil des générations et qui est fortement apprécié par notre clientèle, c’est la simplicité du design et le soin accordé aux détails, à la finition artisanale, exceptionnellement bien exécutée. Nous devons et resterons toujours fidèles à nos valeurs de la marque, tant que nous créerons des expériences et des auras magiques, que ce soit simplement en observant ou en étant à bord de l’une des plus belles voitures au monde.

Cliquez pour agrandir

8Vous avez présenté le Sweptail à Villa d’Este, pouvez-vous nous donner plus de détails concernant ce projet ?

Le projet Sweptail a été pour nous une opportunité unique de faire le lien entre notre studio de design moderne et nos traditions de constructeur Rolls-Royce. Nous avons relevé le défi de concevoir une voiture qui rend hommage à notre savoir-faire artisanal sur chaque élément, y compris quelques pièces d’intérieur, qui expriment si bien le caractère unique de notre client. Si vous concevez et fabriquez une voiture à la main pour un individu, alors elle doit faire tourner les têtes comme aucune autre. Nous avons énormément apprécié notre collaboration et nous avons veillé à ce que chaque souhait ou préférence de réglage soit exécuté exactement comme pour une Rolls-Royce. Des projets pareils servent à façonner une partie de notre héritage de marque moderne, dans un nouveau domaine de la «haute couture» ou du design de voiture sur mesure. Nous espérons que d’autres suivront.

Cliquez pour agrandir

9Quels sont les autres projets qui vous ont le plus marqué depuis que vous avez rejoint Rolls-Royce ?

Phantom était un projet merveilleux, qui a nécessité 5 années de conception et d’ingénierie pour atteindre notre objectif. Mon but était d’apporter un sens du style et du glamour à la huitième génération, ce qui touche certainement certains éléments du design d’avant-guerre des années 30, lorsque les lignes sont devenues plus expressives et ont rompu avec le caractère rectiligne des années 20. J’aime beaucoup le Cloud des années 1950, créé par le styliste en chef de renom John Blatcheley. La valeur de la ligne et le geste élégant sont d’une beauté inspirante. J’ai cherché à capturer plusieurs des qualités uniques de Cloud dans le nouveau Phantom. Comme avec la plupart des «statement designs», on ne peut juger personnellement le succès qu’après quelques années de présence de la voiture dans tous les contextes du monde dans lesquels Rolls-Royce a une présence légitime. En tant qu’amateurs de voitures, nous avons tous gardé des souvenirs de notre premier ou de notre plus impressionnant moment automobile. J’attends de découvrir le mien avec la nouvelle Phantom – probablement quand je m’y attendrai le moins.

Cliquez pour agrandir

10Vous venez de lancer le premier SUV de Rolls-Royce, le Culinan. Parlez- nous un peu de ce projet

Le SUV Rolls-Royce récemment lancé a été conçu comme une voiture à carrosserie élevée. Notre objectif était d’établir de nouvelles normes dans un secteur où les attributs d’utilité et de praticité sont de véritables motifs d’achat. C’était un vrai défi pour nous, car aucun des modèles de Rolls-Royce ne pouvait être transformé en SUV, mais nous avons vu là une réelle chance d’apporter notre touche à ce segment, grâce à un nouveau style «3 box ». Un ultime tapis magique qui fusionnerait parfaitement avec des capacités off-road de la même manière qu’un intérieur luxueusement conçu offrirait, pour la première fois, une véritable polyvalence à une nouvelle génération de propriétaires et de conducteurs. Nous savons que beaucoup de nos clients de luxe explorent des activités sportives ou des passe-temps qui nécessitent précisément ce type de véhicule passe-partout – la différence étant que cette Rolls-Royce l’accomplira sans effort. Que ce soit une course de drones sur les rives du lac Victoria ou transporter l’actrice vedette à l’avant-première de son film, la Rolls-Royce Cullinan se comporte magistralement comme votre compagnon ou garde du corps infaillible. Dans le premier cas d’utilisation, la banquette arrière se replie à plat et pour le transport de stars, Cullinan innove dans la séparation entre l’habitacle luxueux et l’espace arrière du coffre. Certains de nos clients de Cullinan préféreraient ne pas voyager entre leurs bagages. Comme Lawrence d’Arabie l’a une fois cité à la fin de sa célèbre campagne de la Péninsule du Sinaï – tout simplement, “Une Rolls dans le désert est au-dessus des rubis”. Il a utilisé une voiture personnelle de 20 chevaux, le transportant de manière fiable dans et hors des environnements difficiles et souvent hostiles aux côtés d’un autre châssis de 12 Ghost. Quelle meilleure inspiration et base de design pourrait-il y avoir quand, comme aujourd’hui, nous célébrons peut-être la Rolls-Royce la plus attendue de l’histoire.

Cliquez pour agrandir

11Quelles voitures vous font rêver ?

Ma voiture préférée en ce moment, celle qui résume tant ma passion individuelle pour les voitures et celle pour laquelle je suis en train d’économiser en ce moment, c’est la Maserati Ghibli classique des années 1970. J’apprécie les proportions de ce chef-d’œuvre de Guigiaro. Mon autre voiture préférée est la Ferrari Dino. C’est une résolution tout à fait stupéfiante des formes, des lignes et elle montre tellement de retenue, en même temps. Apparemment, les courbes ont été inspirées par la célèbre actrice de films des années 60 Romy Schneider qui, si vous aimez le film “La Piscine”, apparaît de façon inspirante aux côtés d’une Ghibli en bronze plutôt cool. L’école italienne du design automobile est toujours en tête de liste quand j’imagine mon garage classique parfait.