Alfonso Albaisa couverture GDM

Alfonso Albaisa

Diplômé du Pratt Institute de New York en 1988, Alfonso Albaisa a également fait un passage par le Center for Creative Studies à Détroit, Michigan. Cet Américano-cubain a toujours adopté une approche multiculturelle du design. Dès la fin de ses études, il a commencé sa carrière chez Nissan North America et depuis, il est toujours resté fidèle à la marque nippone. Albaisa a occupé plusieurs postes au sein de Nissan Motor, où il s’est notamment occupé de la nouvelle gamme d’Infiniti, en adoptant un nouveau langage stylistique. Premier designer non Japonais à diriger le design et la stratégie globale, Albaisa a abordé cette étape avec beaucoup d’humilité, lui qui a travaillé aux côtés de Nakamura. Cet Américano-cubain, qui est né dans une famille où le dessin a toujours eu une place particulière, marquera à tout jamais l’histoire de la marque, grâce à sa philosophie du design et à des modèles comme la LEAF, qui s’est rapidement fait une place dans le panorama des véhicules électriques. Nous avons eu une rencontre des plus passionnantes avec un homme talentueux, mais surtout très humble et qui a beaucoup de respect pour la marque pour laquelle il travaille.

Alfonso Albaisa couverture GDM

1Pour commencer, pouvez-vous nous dire d’où vous vient cette passion pour l’automobile?

Mon père était en quelque sorte un architecte rappelant «Howard Roark». Je me rappelle de son studio quand j’avais entre 6 et 12 ans. Il était plein de maquettes finies et d’autres en cours. J’adorais passer du temps là-bas et regarder les jeunes architectes créer ces bâtiments. Mon père était obsédé par Kenzo Tange, Le Corbusier, Jose Luis Sert, c’était des noms qu’il mentionnait tout le temps et bien sûr, ils m’accompagnent aujourd’hui, puisqu’il reprenait sans arrêt leurs citations. J’ai l’impression de les entendre parler à travers mon père. J’aimais les bateaux, car l’équipe et mon grand frère fabriquaient des maquettes de bâtiments en bois de balsa. Je sculptais des poignards élancés comme des formes dans mon esprit: le Donzi 18 de demain. Un jour, alors que je travaillais sur les modèles dans le hall, j’ai entendu un bourdonnement incroyable. Je me suis retourné pour regarder et je n’en croyais pas mes yeux. C’était un client, conduisant son cabriolet, une Jaguar Type E noire. Je me rappellerai de ce moment toute ma vie.

2Comment avez-vous su que vous vouliez devenir designer?

Je ne savais tout simplement pas faire autre chose. Mon frère est architecte, ma sœur est ingénieur en structure et avait aussi des options en architecture. Dans ma famille, il était tout simplement naturel de marcher sur les pas de notre merveilleux père, avec notre mère exceptionnelle, qui nous a montré le chemin.

3Où avez-vous étudié le design et quels souvenirs gardez-vous de cette période?

Je n’oublierai jamais mon premier jour à l’institut Pratt. J’ai simplement senti que ces gamins étaient comme moi. Naturellement, au lycée, un enfant cubain maladroit et introverti est catalogué comme étant solitaire. Les taches de rousseur n’aidaient pas et en toute transparence, Pratt n’avait pas beaucoup d’autres Cubains au gingembre, mais être avec des centaines d’enfants étudiant l’art, le design et l’architecture et apprendre à parler ouvertement de leurs rêves d’objets était merveilleux.

4Vous avez commencé votre carrière chez Nissan. Parlez-nous de vos débuts

J’ai eu la chance de commencer ma carrière professionnelle dans un des studios les plus créatifs. Jerry Hirschberg avait fait de cet endroit une vraie oasis de créativité. À ma deuxième année, je travaillais déjà sur des voitures, des camions, des extérieurs, des intérieurs, des yachts et des clubs de golf taylor made! J’étais conscient que j’avais besoin de grandir et les projets sur lesquels je travaillais m’ont aidé à le faire de manière spectaculaire.

5Quelle était la première voiture sur laquelle vous avez travaillé?

J’ai participé au projet Infiniti J30 et par la suite j’ai travaillé sur l’emblématique Pathfinder 2 portes. Le Pathfinder était mon premier vrai projet. Quand le SUV à deux portes a été frappé par une énorme taxe, le projet a été mis au placard et j’ai été écarté.

6Que pouvez-vous nous dire à propos de votre expérience avec Infiniti?

L’histoire d’Infiniti est assez longue et très importante pour notre entreprise. Tout a commencé à la fin des années 1980, mais dans les faits, une partie de l’âme de la marque vient de Prince, une compagnie de performance qui a fusionné avec Nissan il y a plusieurs décennies. Chez Infitniti, dans tout ce que nous faisons, nous essayons de transmettre à la clientèle la passion de la conduite, du challenge, mais aussi de la beauté. Infiniti représente à la fois l’art et le pouvoir. C’est un art qui est construit sur l’ingéniosité. Lorsque vous voyez une Infiniti, par un simple coup d’œil, vous pouvez sentir l’empreinte d’un artiste qui suit sa propre inspiration. Même si nous progressons avec l’électrification, nous passerons peut-être de Michel-Ange à De Vinci, mais nous continuerons à aborder les choses de façon artistique.

7Comment pouvez-vous décrire l’évolution des modèles de Nissan?

Comme vous le savez, avec l’électrification, nous sommes obligés de nous adapter. Nous prenons évidemment cela en compte, au moment de travailler sur nos prochains modèles. Ce qui est intéressant dans cette révolution est que nous avançons en explorant notre passé de plus de 100 ans. Mes équipes mondiales ont travaillé sur la signification d’être Japonais et comment notre ADN peut jouer un rôle important dans l’électrification.

8Que pouvez-vous nous dire sur votre nouvelle politique de design?

MA- la maîtrise de l’espace ouvert ou simple, Utsuroi- adopter le changement et la beauté en mouvement, Kabuku- adopter une position d’outsider (pour moi c’est symbolique). En tant que culture, nous pouvons apporter des voix puissantes et les absorber et leur permettre de créer une signature unique. Ikina- Au cours de l’ère EDO, lorsque la puissance dirigeante a déménagé de Kyoto à Tokyo, il y a eu une révolution culturelle au Japon, une révolution qui a conduit à la «démocratisation du design de haut niveau». C’est apparemment simple, mais dans les revêtements ou dans chaque détail, vous retrouvez toujours la sensibilité et la modernité. C’est cela le Japon et Nissan, c’est le Japon! Je pense que ces concepts sont une fondation et avec notre culture d’entreprise de bravoure, nous façonnerons le futur en adoptant des technologies révolutionnaires et une spiritualité unique.

9Il y a 7 ans, vous avez lancé la Nissan LEAF. Comment le projet est-il né?

Alfonso Albaisa
August 11, 2016 – Alfonso sketches gifts (drawings) for the Perugorria family as Jorge Perugorria’s son looks on. Photo by: Lisette Poole

Effectivement, nous avons lancé la LEAF il y a 7 ans, mais le projet est né bien avant, il y a 10 ans, dans un monde où une voiture électrique était un engin rare, généralement fait à la main et qui vous permettait à peine de faire le tour du pâté de maison. Nous avons eu une vision et le mot s’est répandu rapidement à travers le campus. Nous avons fabriqué un vrai véhicule électrique, une vraie voiture, destinée à tout le monde. Comme je l’ai déjà mentionné dans le concept japonais d’IKINA, Nissan est responsable de la démocratisation des véhicules électriques! Je suis très fier de ma compagnie pour cela.

10Vous avez lancé la nouvelle génération. Pouvez-vous nous donner des détails sur cette évolution?

 

Cela reste une LEAF, avec tout ce que cela implique, mais certes, le contexte a changé. La première LEAF devait être symbolique, avoir une place particulière dans la gamme. C’était en quelque en sorte une présentation de toute notre nouvelle technologie. Maintenant, l’électrification en général et la LEAF en particulier sont devenues des ambassadrices dans notre gamme, dès le départ!

11Qu’en est-il des nouvelles technologies? La mobilité intelligente de Nissan?

La nouvelle LEAF est une véritable icône du Nissan Intelligent Mobility, car elle met en valeur les 3 piliers de la vision. Le premier, l’électrification, qui est représentée à travers la nouvelle batterie 40kwh, qui offre plus d’autonomie qu’auparavant. En termes de connectivité et d’autonomie, la voiture regorge de technologies ingénieuses, notamment le ProPILOT (système avancé d’aide à la conduite avec direction, freinage et accélération pour aider le conducteur sur autoroute et en cas de trafic intense). ProPILOT Park (parking entièrement autonome) et la technologie révolutionnaire e-Pedal (permettant au conducteur de démarrer, d’accélérer, de décélérer et d’arrêter la voiture en appliquant une simple pression sur la pédale). Enfin, la voiture a été conçue en tenant compte de son environnement et dans le but d’être parfaitement intégrée à la société, grâce à son système de charge bidirectionnel. Le propriétaire peut décider quand utiliser l’énergie pour recharger sa LEAF ou fournir de l’énergie à sa maison ou au réseau à partir de la batterie de la voiture.

12Comment voyez-vous l’avenir de la marque?

Nous continuons à suivre notre voie pour rendre le monde meilleur, grâce à plus de connectivité, plus d’autonomie et plus d’électrification. Il est certainement intéressant de voir comment ces pierres angulaires influent sur le design automobile. Vous êtes le successeur de Nakamura. Quel souvenir gardez-vous des années passées à ses côtés? Infatigable, curieux et international. Nakamura san est un homme qui contrôle ses rêves et peut créer une énorme organisation, axée sur la création et le respect. Quand je lui ai succédé à son poste, mon respect pour lui n’a fait que grandir de jour en jour, en voyant toute la responsabilité qui reposait sur ses épaules.

13Quel a été le projet le plus important sur lequel vous avez travaillé?

 

Être un chef de design non japonais travaillant au sein d’une entreprise japonaise emblématique. Je vais devoir travailler encore et toujours pour atteindre cet objectif.

14Quelles sont vos voitures préférées?

L’Infiniti FX45 (conçu par mon ami Hideo Komuro) et la Porsche 911.

15Quelles marques vous ont fait rêver quand vous étiez enfant?

Jaguar et Alfa Romeo.