Son destin de fils d’un des grands capitaines de l’industrie italienne et un des notabilités les plus en vue de Milan ne l’a pas empêché de se démarquer de son père Leopoldo en se frayant un chemin dans le monde de l’ichtyologie qu’il affectionne tant. Ses pérégrinations qu’ils l’ont éloigné du cocon familial n’ont pas trop duré puisque Alberto Pirelli ne peut échapper à sa destinée d’héritier de la famille Pirelli. Ainsi, il participe à la direction du business familial et apporte sa pierre à l’édifice tout en restant dans l’ombre de son beau-frère Marco Provera. Mais Alberto n’a pas encore dévoilé toutes ses cartes, et surprend son entourage par son désir de ressusciter le rallye sur piste en Italie et lui redonner ses lettres de noblesse. Un projet qu’il porte dans son cœur et qui lui a permis d’aider beaucoup de jeunes à mettre le pied à l’étrier.

Dans son entretien accordé à Gentlemen Drivers dans son fief de Milan, Alberto Pirelli nous invite à faire une immersion dans son monde de businessman et de fervent passionné de sport automobile.

1.  Comment avez-vous attrapé le virus de la passion pour l’automobile ?

Depuis l’enfance, j’ai baigné dans un environnement en lien avec l’automobile. J’appartiens à la famille Pirelli très connue en Italie et dans le monde pour sa fabrication de pneus. Mon père qui a pris les commandes de l’entreprise suite au décès de son frère dans un accident de la circulation, était un homme d’affaires redoutable mais conciliant surtout avec les personnes chez qui il détecte un potentiel hors normes. C’est fut le cas avec Ferruccio lamborghini qui a bénéficié de quelques faveurs de la part de mon père à ses débuts dans l’automobile. Leur relation s’est par la suite renforcée pour se transformer en étroite collaboration.  Un autre grand nom de l’automobile était parmi les amis très proches de mon père : Gianni Agnelli. Toutefois, les deux avec des caractères différents. Leopoldo était timide et un tantinet réservé tandis qu’Agnelli était un mondain grégaire. Sur le terrain professionnel, c’était le contraire puisque mon père était plus extraverti et nourrissait des ambitions internationales pour son entreprise. D’ailleurs, cette recherche de stature internationale s’est traduite par la construction de la tour Pirelli qui était le premier gratte-ciel d’Italie lorsqu’il a ouvert en 1960 et c’est toujours le plus haut bâtiment de Milan.

2. Votre père avait-il un penchant pour les belles mécaniques ?

Je me rappelle que mon père avait fait une commande d’une Ferrari spéciale à Enzo Ferrari et en a pris livraison en novembre 1967. Ayant l’avantage de connaître “Il Commendatore”, et souhaitant disposer d’une voiture de haute performance pour tester les pneus Cinturato, il a pu demander à Enzo de lui construire une 330 GTC qui sera équipée de la prochaine version du moteur et du groupe motopropulseur qui arrivera bientôt sur la remplaçante, la 365GTC. Pour maîtriser la puissance supplémentaire et pour faciliter ses essais, la voiture devait recevoir des roues Campagnolo de 15 pouces en alliage de magnésium faites à la main. Badgée à l’arrière comme une 330, mais indiquée par sa plaque de châssis comme une 365, la voiture pourrait être considérée comme un prototype pour ce modèle, cependant il semble plus juste de la décrire comme une Speciale, étant donné qu’elle est conforme à la terminologie utilisée par l’usine pour ses dérivés fabriqués à la main. Mais mon père était également passionné de mer et de la voile et il m’a transmis cette passion.

 

 

 

 

3. Comment votre père vous a-t-il influencé ?

Chez mon père, une maxime a guidé ses pas dans les affaires jusqu’à sa mort : “Un entrepreneur doit toujours essayer, de toutes ses forces, de clôturer de bons budgets. S’il échoue une fois, il doit essayer à nouveau. S’il ne peut pas le faire plusieurs fois, il faut partir. Et s’il réussit, il ne doit pas se prendre pour un parrain, mais pour un homme qui a fait son devoir”. Ce caractère bien trempé mêlant détermination et humilité m’a beaucoup marqué.

4. Mais n’empêche que vos relations étaient parfois tumultueuses…….

Au début des années 70, alors que le groupe familial commence à fabriquer de l’eau, je quitte Milan et m’installe à Seattle, à la faculté de zoologie de l’université de Washington. Une fois l’université terminée, je fonde deux sociétés spécialisées dans l’ichtyologie, dont l’une, Acquaconsult, a son siège à Milan. La rupture avec mon père semble définitive. Mais pas pour longtemps, car les longues régates en mer devant Portofino, les discours de l’ingénieur Leopoldo, et probablement, la pression des amis communs, m’ont convaincu de revenir sur mes pas. J’ai rejoint le groupe et après deux ans passés en Turquie à la tête de la filiale locale, je suis revenu à Milan en tant que vice-président du Groupe.

5. Comment s’est traduit le partenariat entre Pirelli et Lamborghini ?

En 1963, Ferruccio Lamborghini avait demandé à Pirelli d’équiper la première voiture nouvellement créée par le constructeur. Il s’agissait de la 350 GTV qui a été lancée comme prototype la même année au Salon de l’automobile de Turin. Les deux modèles et la version de série qui porte le badge 350GT ont été présentés au Salon de Genève. L’année suivante, elle utilisait le pneu HS du Cinturato de Pirelli. Il a été développé pour équiper des voitures de sport capables d’atteindre 240 km/h. Le HS était synonyme de grande vitesse. Il indique la capacité des pneus à résister à la vitesse élevée des supercars des années 1960. En 1966, la Lamborghini a vraiment atteint sa maturité. Pirelli et Lamborghini ont lancé la légendaire Miura. Les pneus de Miura ont été ajoutés à la gamme Pirelli en 1967 avec l’équipement d’origine des Lamborghini 400 GT et 350 GT.

6. Dans son domaine, Pirelli a été innovante à plus d’un titre…..

Mon père a toujours été strict et particulière exigeant avec lui-même et les autres quand il s’agit de l’avenir de l’entreprise familiale. Défini comme “calviniste”, Il a pris au pied de la lettre la consigne de mon grand-père à son fils Giovanni : : “Souvenez-vous toujours que le nom que vous portez implique des devoirs et non des droits, le respect de soi, non la vanité”. C’est dans ce sens que mon père a persévéré pour prendre de l’avance sur les concurrents et se positionner comme référence. En 1974, Leopoldo Pirelli a créé le large pneu radial en Italie, sur demande du rally racing team Lancia pour un pneu suffisamment fort pour résister à la puissance de la nouvelle Lancia Stratos. La technologie du pneu radial est maintenant la norme de conception pour pratiquement tous les pneus de véhicule.

7. En plus d’être un industriel, vous êtes également un pilote aguerri……

Je suis passionné de course automobile et de rallye plus particulièrement. Une énorme passion que j’ai pour la terre, la boue, la neige et la poussière, l’essence même du rallye. J’ai à mon actif une quarantaine de courses officielles dont une partie sur des routes blanches au volant de voitures parfois radicales et au pilotage très physique à l’image de la Mitsubishi Lancer EvoIx R4. C’est une expérience de vie très réjouissante où l’on côtoie sans cesse les limites……

8. Comment vous êtes-vous lancé dans l’organisation de rallyes ?

En 2006, j’ai participé à la course Ronde Valtiberina en compagnie de mon navigateur Tiziano au volant d’une Subaru N4. Pendant que nous courions, Tiziano et moi avons commenté à quel point il aurait été agréable s’il y avait eu autant de courses dans lesquelles les contrôles, les tests et les courses s’ouvraient et se fermaient en un week-end. Oui, parce que qui sait combien d’entre nous auraient aimé courir, mais ils n’ont pas eu le temps de le faire. Et qui sait combien d’entre eux auraient sorti leur « bête » pour faire deux traversées sur terre. Cela dit, le championnat a démarré en 2007, sur la base de quelques caractéristiques : faibles coûts, temps réduits, spéciales historiques, prix en argent, nombreux trophées à l’intérieur du championnat afin de garder tout le monde “engagé” jusqu’au bout et surtout les équipages au centre des attentes. Raceday est ainsi né après avoir contacté la Fédération sportive italienne (CSAI). Le nom a été choisi, après avoir imaginé mille acronymes, en l’honneur d’un ami cher, Piero Baggio, décédé. Nous l’avons appelé comme son équipe avec laquelle j’avais couru…

Ce championnat à cinq manches a accueilli plusieurs grands noms en tant qu’invités, dont l’ancien pilote du WRC Gigi Galli, le champion du monde de rallye Hayden Paddon et le sextuple champion italien de rallye Paolo Andreucci. Toutes les voitures homologuées par la FIA sont éligibles pour la série, qui offre aux pilotes un maximum de plaisir à un coût minimal. En plus de cela, il y a un prix sous forme d’une généreuse dotation ainsi que des prix d’équipement, notamment des pneus Pirelli.

9. Le démarrage était-il difficile ?

Nous avons commencé presque comme un jeu, créant une compétition de quatre courses. L’idée de base est toujours la même : redonner de la visibilité aux pistes blanches en offrant un championnat à bas prix, des prix élevés et des programmes de courses dans un court laps de temps, au tournant des deux années civiles. En Italie, il y a trop de concours, dont peu sont consacrés aux jeunes. Nous avons essayé de faire le contraire : quelques courses, mais la qualité. Aujourd’hui, nous avons six étapes et trois d’entre elles font partie du championnat italien des rallyes.

10. Comment avez-vous procédé pour accroitre la popularité de ce championnat ?

Depuis le début, nous avons essayé de trouver un moyen d’encourager les garçons à participer à nos courses, nous avons créé le prix Piero Baggio pour les meilleurs moins de 23 ans, puis nous avons obtenu du CSAI (Fédération sportive automobile italienne) la reconnaissance de la priorité de second rang pour les meilleurs conducteurs de moins de 28 ans, et enfin nous avons pu établir le stage de pilotage à Livigno pour les meilleurs conducteurs de moins de 25 ans. Nous avons également obtenu l’autorisation du CSAI pour que les voitures de course puissent participer aux courses du Challenge, la catégorie idéale pour ceux qui commencent à concourir.

C’est la première fois qu’un championnat propose un prix visant à la promotion technique des pilotes. Nous avons voulu encourager la participation des jeunes conducteurs en créant de nombreux prix qui leur sont dédiés, dont le parcours sur neige et sur glace de Livigno. Les trois meilleurs pilotes de moins de 25 ans sont accueillis à Livigno pour un week-end et après un court cours théorique, donné par Pirelli Tyre, sur le comportement des pneus Pirelli dans des conditions de faible adhérence, ils s’entraînent sur un parcours complètement enneigé et glacé.

11. Pourquoi est-il si important de maintenir la course sur piste blanche en vie ?

Le rallye, c’est l’art de conduire. Il faut beaucoup de technique de conduite et beaucoup de connaissances sur votre voiture. Si nous nous déplaçons sur des routes de terre, ces composants se multiplient de façon exponentielle, souvent dans des environnements extrêmes comme la boue ou la glace. La conduite devient alors un jeu d’équilibre des émotions, toujours entre la peur et le courage. J’ai encore en mémoire un test spécial de quelques années, qui a eu lieu près d’Arezzo. La veille au soir, il avait beaucoup neigé. Le test a commencé avant l’aube et nous sommes entré, dans l’obscurité, dans une forêt éclairée par des feux. L’environnement était fabuleux et de véritables amitiés se nouent entre les équipages, ainsi que des élans de solidarité : nous nous engageons en effet à collecter des dons pour l’hôpital d’enfants Meyer de Florence.

12. Qu’est ce qui empêche le rallye italien de se développer et de rayonner à l’international ?

Des expériences internationales sont faites si derrière les équipes il y a des industries qui ont une vision à long terme et une Fédération qui sait accompagner ces visions avec des propositions exécutives cohérentes. Malheureusement, en Italie, seul Pirelli est resté parmi les grandes entreprises, pour avoir une vision, une stratégie et des moyens, mais ce n’est pas suffisant. La scène internationale coûte de l’argent, et les coûts sont absorbés s’il y a des plans commerciaux et de marketing qui les justifient. Aujourd’hui, le système “Rally Italia” ne dispose pas de cette capacité. Non seulement cela coûte de l’argent, mais cela exige aussi une mentalité différente de la part des pilotes : en Italie, nous avons des pilotes qui pourraient participer au championnat du monde, mais ils grandissent sur nos routes et ils restent ici aussi par leur propre choix.

13. Pouvez-vous citer quelques moments forts qui vous ont marqué depuis le démarrage de ce championnat ?

Un jour, j’ai reçu un coup de fil et j’ai entendu dire que Hayden Paddon aurait couru quelques courses Raceday. A cette époque, il était le champion du monde en titre. Ce fut un grand plaisir de le rencontrer et de l’avoir parmi nos membres. C’était un enfant très gentil qui a apporté son enthousiasme dans notre championnat. Mais il y a encore mieux, car Hayden, a donné une interview dans laquelle il se souvenait que parmi les courses qu’il portait dans son cœur, figuraient celles de Raceday. C’était une reconnaissance que j’aimais beaucoup. Il y a eu aussi beaucoup de bons moments que je n’associe pas à des événements sportifs, mais à des événements humains : des équipes adverses qui se sont entraidées, des garçons et des filles de Raceday qui ont donné leur contribution à ceux qui en avaient besoin. Des exemples d’une manière de faire qui semblait avoir disparu mais qui est très vivante chez nous. J’ai d’autres motifs de satisfaction comme celui d’avoir créé du travail pour autant d’équipes ou d’avoir généré du tourisme dans les lieux qui nous accueillent.

14. Biographie :

1954 : Naissance en Toscane (Italie)

1980 : Diplômé en ichtyologie et aquaculture de l’Université de Washington aux Etats-Unis

1985 : Membre du conseil d’administration de Pirelli

2003 : Vice-président de Pirelli S.p.A.

2007 : Organisateur et promoteur du championnat de rallye Raceday Ronde Terra, auquel il participe également en tant que pilote.

2013 : Membre du conseil d’administration de Camfin, Gruppo Partecipazioni Industriali