La légende française

Plusieurs modèles sportifs ont marqué l’histoire de Renault. Mais s’il y a bien un modèle qui est devenu légendaire c’est, sans conteste, la R8 Gordini, qui a fait son apparition il y a plus de 50 ans. Pour remplacer sa Dauphine, Renault avait lancé la nouvelle «8». Passée entre les mains du «Sorcier» Amédée Gordini, la française était prête à marquer à tout jamais l’histoire de l’automobile, grâce entre autres à ses performances en course.

Alors qu’elle a été dévoilée il y a plus de 50 ans maintenant, la Renault R8 Gordini a gardé une place spéciale dans l’histoire de la firme française. En lançant sa R8 Gordini, la marque au losange voulait avant tout offrir à ses clients une voiture sportive qui leur permettrait de vivre pleinement leur passion, tout en payant le prix d’une voiture de grande série. Il faut dire qu’à l’époque, le but était de populariser le sport automobile et de le rendre plus accessible.

Le grand public a donc pu découvrir la française dans une livrée «Bleu France, avec les deux bandes blanches, désormais indissociables de l’histoire de Gordini, au Salon automobile de Paris en 1964. Cette première version a été baptisée 1100, en référence à sa cylindrée. Si elle reprenait le 4-cylindres de 956 cm3 qui équipait d’autres modèles de la marque, elle a eu droit à un traitement particulier de la part de Gordini. En effet, ce bloc a vu sa cylindrée passer à 1108 cm3, il a été équipé d’un vilebrequin à 5 paliers, la culasse a été redessinée, un radiateur a été ajouté, deux carburateurs Solex 40 PHH2 ont été choisis, sans oublier le filtre à air et l’allumage Ducellier, pour lesquels Gordini a spécifiquement opté. Ainsi configurée, la française revendiquait une puissance de 77,5ch DIN. Avec une vitesse de pointe à 170 km/h, elle n’a laissé aucune chance à ses concurrentes, sur la route, notamment, la Citroën DS19 et la Peugeot 404.

La française, qui reposait sur une caisse de R8 Major, avait eu droit à plusieurs renforts, notamment, sur le longeron, la traverse avant et une barre de renfort support moteur arrière a également a été ajoutée. Pour ne pas compromettre ses performances, Gordini a revu le châssis de la Renault 8. Elle a donc été équipée de ressorts plus courts et plus durs, de disques de freins plus imposants, alors que les demi-arbres de transmission arrière ont reçu deux amortisseurs.

Au niveau des équipements, la R8 Gordini représentait le haut de gamme de ce modèle, avec une instrumentation complète, qui inaugurait d’ailleurs un témoin de niveau de liquide de frein inédit. Offrant le choix entre une sellerie en skaï ou en tissu noir, la française n’a pas oublié le confort des occupants, grâce à des détails tels que la poignée de maintien passager ou encore le chauffage à 2 vitesses. Des baguettes chromées avaient fait leur apparition, pour donner à l’habitacle cette touche de sportivité.

Mais ce qui a permis à la R8 Gordini de devenir une légende, ce sont ses résultats en compétition. Un mois à peine après sa présentation officielle, la française a fait parler d’elle lors du «Tour de Corse». Sur les 5 voitures engagées, 4 ont pu prendre les 1re, 3e, 4e et 5e place. Et ce n’était que le début, puisque par la suite, elle a tenu tête à des voitures telles que l’Alfa Romeo GTA ou encore la mythique Porsche 911.

Ne souhaitant pas s’arrêter en si bon chemin, Renault a fait évoluer sa R8 Gordini en 1966. Esthétiquement, elle se distingait de la précédente mouture à travers une calandre à 4 phares et des jantes plus larges. Mais la plus grosse évolution était bien évidemment du côté du moteur, dont la cylindrée est passée à 1.255 cm3, pour pouvoir revendiquer une puissance de 88 ch DIN. La boîte à 4 rapports a laissé place à une nouvelle, à 5 rapports cette fois. La même année, face à l’engouement du public pour cette voiture, il a été décidé de lancer la Coupe Renault 8 Gordini, qui a connu la participation de plusieurs pilotes à l’instar de Jean-Pierre Jabouille, Robert Mieusset ou encore Michel Leclère.

En 1968, la Renault 8 Gordini offrait désormais le choix entre 4 coloris, alors que les équipements avaient peu évolué. En 1970, Renault a décidé d’arrêter la production de la R8 Gordini, après en avoir écoulé 11.607 exemplaires. Tout naturellement, la Coupe Renault 8 Gordini s’est également arrêtée la même année. Il était temps pour la Renault 12 Gordini de prendre la relève.

Mercedes Bottom 300x250